C'est la première fois que le patron de France Telecom se déplace, en personne, sur le lieu de travail d'un de ses employés qui vient de suicider. C'était hier, à Annecy-le-Vieux, le 24ème suicide en 18 mois dans l'entreprise. Avec, cette fois une lettre, laissée par le salarié, âgé de 51 ans et qui venait de se jeter du haut d'un viaduc.. une lettre dans laquelle il dénonce le climat au sein de France Telecom. Didier Lombard s'est donc rendu sur place... hué à son arrivée par ses salariés... mais pour lui, sa venue marque un double changement. D'abord, dans son attitude (dans sa "communication" pourrait-on dire): pendant de longs mois, il est resté silencieux, absent... "indifférent' disent les syndicats. Lui, affirme avoir travaillé tout l'été sur la question du malaise de ses salariés. Puis, il y a eu la "convocation" (il y a une dizaine de jours) chez le ministre, après 3 suicides. L'équipe de Xavier Darcos affirme ne pas avoir été, tout à fait, convaincue par sa "prise de conscience" de la profondeur du problème. Didier Lombard aura même, quelques instants après son entretien avec le ministre -devant les micros!- ce mot malheureux..."la mode du suicide". Regrets.. excuses le lendemain: sa venue, hier, à Annecy, sert aussi à corriger l'image désastreuse laissée par cette prestation. Mais l'autre changement, hier, se veut plus fondamental: Didier Lombard a annoncé la fin du principe de mobilité (permanente) des cadres. Les syndicats depuis de longs mois dénoncent cette "mobilité forcée". Y voient l'une des causes du malaise. Ce programme de mobilité porte un nom dans l'entreprise: "Time to move" -TTM-... c'est le "moment de bouger", en bon français. TTM... comme "Tite-Toi Maintenant" comme disent nombre de salariés. Une mutation imposée: mobilité fonctionnelle, ou géographique. Tous les 3 ans pour les cadres sup'. Tous les 5 ans pour les autres. Didier Lombard, hier, a annoncé la fin de ce principe... et un retour, semble-t-il, à une logique plus personnalisée d'évolution des salariés, dans l'entreprises. C'est un premier pas, jugeront les syndicats, qui en attendent d'autres. Les négociations reprennent jeudi. BNP-Paribas rembourse l'aide de l'Etat! L'information vient de tomber: BNP Paribas va lancer, dans les tout prochains jours, une augmentation de capital (de 4,3 milliards). Et dès le mois prochain (octobre, donc) la banque va rembourser les milliards prêtés par l'Etat au plus fort de la crise: un peu plus de 5 milliards, auquels s'ajoueront les intérêts, puisqu'il s'agissait d'un prêt, et non d'une aide, rappelle la banque. Les allocations familiales n'augmenteront pas, l'année prochaine. C'est une information du quotidien "Les Echos", ce matin. Ce "gel" concernera également la Paje (la prestation d'accueil du jeune enfant), le complément familial ou encore l'allocation de rentrée scolaire. L'explication, c'est l'inflation qui est plus faible que prévue. Un calcul strict de la formule conduirait même à une baisse des prestations. Les prestations familiales ont augmenté de 3%, début 2009, bien plus que la hausse générale des prix finalement constatée cette année. Un "plan" pour les jeunes... dévoilé, aujourd'hui, par Nicolas Sarkozy. 500 millions d'euros devraient être débloqués, notamment pour permettre l'extension du RSA au moins de 25 ans... une mesure limitée, cela dit, aux jeunes "actifs" (qui travaillent, ou qui ont travaillé au moins 2 ans). D'autres mesures sont attendues concernant l'autonomie financière, les "bourses" universitaires, la santé, le logement. L'orientation scolaire.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.