En période électorale, le lobbying des organisations patronales est censé être intense. Sauf que, cette fois-ci, la campagne a pris pour cible les grands patrons et leurs salaires exorbitants. Difficile donc de se faire entendre lorsque l'on dirige le Medef ! Laurence Parisot en sait quelque chose, elle qui n'a même pas été reçu par François Hollande après avoir déclaré que Nicolas Sarkozy avait fait un boulot extraordinaire. Contre-productive, la patronne des patrons a peut-être raté sa campagne.

Ce qui a pris, cette année, ce sont les PME ! Et la CGPME a surfé sur cette vague des petits contre les gros. Contrairement au Medef, l'organisation des PME a reçu les principaux candidats. François Hollande, notamment, qui les a même cajolé en expliquant que sa taxation à 75% pourrait être atténuée pour les patrons qui vendent leur entreprise, car leurs revenus seraient considérés comme exceptionnels. Ce même jour, Jean-François Roubaud le patron de la CGPME avait pris soin d'affirmer que « son rôle n'était évidemment pas de prendre parti pour l'un ou pour l'autre », « une évidence qui ne semblait pas partagée par tous » avait-il lancé en direction de Laurence Parisot ! Mais la CGPME s'est aussi rapprochée de l'organisation qui représente l'économie sociale et solidaire, un gage de bonne volonté pour une nouvelle présidence…

Du côté du Medef, Laurence Parisot a-t-elle pris au sérieux le candidat socialiste ? Certaines grandes entreprises ont pris soin de communiquer en direction du PS et des médias, BNP Paribas mettant, par exemple, en avant son directeur délégué François Villeroy de Galhau réputé proche de la gauche. Laurence Parisot, elle, a fait un flop médiatique avec son livre numérique "Besoin d'aire". C'est d'ailleurs sur son livre "Un piège Bleu Marine" que le Medef a communiqué le soir même du 1er tour : nous recevions un SMS ventant les mérites de Laurence Parisot qui avait tiré la sonnette d'alarme avant les autres. Mais n'est-ce pas là l'erreur de la patronne des patrons qui pour certains a confondu son rôle de présidente du Medef et présidente de l'Ifop ! Au bout du compte l'issue de la présidentielle ne devrait pas changer grand chose au rapport de force entre le Medef et la CGPME mais l'on aura vu clairement le positionnement de chacun.

Il y aura plus de 200 millions de chômeurs cette année

6 millions de plus que l'an passé, selon l'Organisation Internationale du Travail, qui publie, aujourd'hui, son rapport sur le travail dans le monde en 2012. Pour 2013 les prévisions ne sont pas meilleures avec 5 millions de chômeurs supplémentaires. Pour l'OIT, ce sont les difficultés d'accès au crédit et les mesures d'austérité qui sont à l'origine de cette mauvaise situation de l'emploi.

L'austérité qui ne cesse d'être au cœur du débat en Europe. Selon le quotidien espagnol El Pais, Bruxelles mettrait au point un plan d'investissements publics et privés pour relancer la croissance en investissant dans les infrastructures, les énergies renouvelables et les technologies de pointe. Un montant de 200 milliards d'euros est évoqué. Ce plan pourrait être présenté avant le sommet des chefs d'Etats et de gouvernements fin juin à Bruxelles.

L'éco du jour par Bruce de Galzain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.