C'est un tout petit détail relevé, hier, dans le JDD, le Journal du Dimanche. Page 3, cette photo de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. La légende nous dit qu'elle a été prise, ce week-end: samedi, à 20 heures. "Dans ses appartements privés, [le Président] prépare son intervention télévisée". Si vous regardez bien -la photo est sombre-, on peut voir sur son bureau une pile de DVD. Celui du dessus, c'est "Eraserhead", le premier long métrage de David Lynch. C'est un film qui date de la fin des année 70. Un film noir & blanc. Un film culte, extrêment étrange. Très déprimant. Qui met mal à l'aise: on est très loin des Bronzés. On se demande, en découvrant ça, ce que ce film a pu inspirer au Chef de l'Etat. Son titre tout bêtement (littéralement: "la tête effaçeuse"). Ou son ambiance "post-délocalisation": le film ne quitte jamais son décor de friches industrielles. Ca doit être ça, en fait parce qu'hier, c'est bien au nom de la lutte contre les délocalisations que Nicolas Sarkozy a justifié l'augmentation, à venir, de la TVA. "Depuis 10 ans, 500 mille emplois industriels ont été perdus, en France" a dit le Chef de l'Etat, et l'une des raisons qui explique ce désastre, selon lui, c'est le coût du travail, en France. D'où cette idée de basculer les cotisations patronales... "familiales" (c'est-à-dire celles qui servent à financer la politique familiale) sur la TVA, et une partie de la CSG. Une mesure à 13 milliards d'euros. Au 1er octobre, le taux normal de TVA passera, donc, de 19,6 à 21,2%, mais Nicolas Sarkozy l'a répété, au moins 2 fois hier soir, il ne croit pas que cette augmentation de taxes provoquera une hausse des prix. "J'en prends le pari" a-t-il même dit. Son raisonnement: la concurrence obligera les industriels et les commerçants à maintenir les prix au même niveau, en rognant leurs marges. Beaucoup contestent cette façon de voir (le débat commence) mais il faut surtout, à ce stade relever, la contradiction, hier, du Président. En renvoyant, la mise en place de la TVA au 1er octobre, il a dit espérer un "regain" de consommation des Français d'ici là. C'est malin pour doper la croissance, mais c'est miser exactement sur l'inverse de ce qu'il vient dire puisqu'il invite les Français à consommer... avant une hausse des prix!

Sur le départ. Le patron de Carrefour va partir. C'est officiel: le Conseil d'administration du groupe de distribution a entériné, hier soir, le départ de Lars Olofsson, actuel PDG. Il va être remplacé par Georges Plassat qui dirige, aujourd'hui, Vivarte. Georges Plassat deviendra Directeur Général, en avril. Puis PDG, en juin. Il a pour mission de redresser Carrefour, en perte de vitesse depuis de nombreux mois.UE. A Bruxelles, cet après-midi, nouveau Sommet européen: le premier de l'année. Les dirigeants (qui le souhaitent) doivent entériner le Traité inter-gouvernemental instaurant le resserrement des règles budgétaires. Seront aussi évoqués: la Grèce, et les moyens à accorder au Fonds de secours européen, ce qu'on appelle "le pare-feu".Plateau télé. Nicolas Sarkozy se présentera, à Bruxelles, armé des nouvelles mesures censées doper la croissance française, celles annoncées, hier soir à la télé: la TVA sociale, les Accords compétitivité-emploi dans les entreprises, la création d'une Banque publique de l'Industrie ou encore des mesures pour l'apprentissage.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.