Par Régis Lachaud.

« Il faut privilégier l'amical sur les tensions » résumait hier un conseiller du président de la République. François Hollande reçoit aujourd'hui la chancelière allemande, son amie donc, Angela Merkel. Et tout sera fait pour que la rencontre se passe bien... Tout, y compris la remise d'un rapport sur l'amélioration de la compétitivité, en Europe. Un rapport franco-allemand commandé par les deux chefs d'Etat à deux grands patrons industriels, Jean-Louis Beffa l'ancien PDG du groupe français Saint-Gobain et Gerhard Cromme, président du conseil de surveillance du groupe allemand Siemens... Ce rapport va à l'essentiel: il parle peu du constat sur les pertes de compétitivité et privilégie les recommandations : trente mesures regroupées en cinq chapitres. Il faut dire que le constat ne date pas d'hier, jugez plutôt... "La situation économique nécessite des mesures urgentes de politique industrielle en France et, plus largement, en Europe" écrivait en 2004 un rapport commandé par le président Chirac et signé par un certain... Jean-Louis Beffa... Neuf ans plus tard, ce dernier passe donc la seconde couche... Et que peut-on dire des trente mesures proposées ? On peut citer deux exemples. Sur la politique énergétique, d'abord… Les Etats-Unis ont bâti leur redémarrage sur l'exploitation des gaz de schiste et une baisse des coûts de l'énergie. L'Europe devrait rouvrir le débat, tout en développant les investissements sur les énergies renouvelables (photovoltaïque ou éolien). La France et l'Allemagne devraient soutenir les propositions du rapport lors du conseil européen fin juin. Autre thème de consensus, la politique de concurrence: "L'Europe ne doit plus se tirer une balle dans le pied!" affirme l'Elysée... Autrement dit, s'il n'est pas question de changer les textes européens, l'interprétation qu'en fait la commission doit évoluer. Elle doit désormais tenir compte de la compétition accrue au niveau mondial, pour favoriser l'émergence de leaders européens (et non la bloquer...). Cela dit, ce rapport Beffa-Cromme appuie aussi où çà fait mal, du côté français. Il souligne l'importance des réformes structurelles à mener, pour le marché du travail ou encore pour la réduction des déficits publics. On y revient. Des représentants du patronat des deux pays (Medef et BDI) ont participé à sa rédaction et ça se voit. Dernière chose, François Hollande et Angela Merkel tiendront leur conférence de presse à 18h à l'Elysée, au même moment, seront publiés les chiffres officiels du chômage pour le mois d'Avril en France... Et ils seront mauvais.

Conduite. Bruxelles a publié hier ses recommandations de politique économique pour la France. La Commission Européenne préconise notamment de simplifier la fiscalité et de poursuivre les réformes structurelles. Pour les retraites, elle demande un relèvement de l'âge légal de départ et une désindexation des pensions. "Bruxelles ne doit pas dicter sa conduite à la France!" a réagi le président François Hollande.

Génériques. Bonne nouvelle pour les déficits publics... Les dépenses en médicaments de l'Assurance Maladie ont baissé en 2012, pour la première fois depuis quinze ans. Moins 0,8% selon les chiffres officiels publiés hier grâce au développement des génériques.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.