Par Régis Lachaud.

"Le marché français est au bord de la falaise!" résumait hier un professionnel, en marge de la présentation par les notaires des chiffres du troisième trimestre, les ventes dans l'ancien et le neuf...

A chaque crise, c'est la même chose : dans un premier temps, le nombre de transactions chute. Les vendeurs sont toujours là mais il n'y a plus d'acheteurs... On y est ! La baisse d'activité est flagrante: moins 12% par rapport à l'an dernier en moyenne en France et moins 21% pour la région parisienne, y compris pour les logements neufs... le secteur est donc en forte récession...

Dans un second temps, poursuit ce notaire expérimenté, les vendeurs sont peu à peu obligés de baisser leurs prix pour attirer les acheteurs. Et on y arrive ! Moins 1,1% en moyenne pour l'hexagone par rapport à septembre 2011... Mais les vendeurs résistent et la situation est très contrastée selon les endroits. La Lorraine, par exemple, la région Centre ou encore le département du Cher, où on observe à la fois des baisses de prix à deux chiffres et un marché quasiment paralysé. Plus encore pour les maisons que pour les appartements...

Certains marchés locaux sont véritablement sinistrés, y compris dans le neuf !

Et ces baisses de prix ont-elles gagné Paris ?

Non, pas pour l'instant, selon les notaires... On bat même un nouveau record au troisième trimestre avec un mètre carré à 8440 euros en moyenne dans la capitale. A titre indicatif, c'est 2500 euros de plus qu'à l'automne 2009, au plus fort de la crise financière, mais seulement 80 euros gagnés depuis un an.

Autrement dit, la progression des prix a fortement ralenti et la situation est de plus en plus contrastée. D'un quartier à l'autre ou d'un étage à l'autre au sein du même immeuble... Les appartements avec défauts ont du mal à se vendre et les acheteurs négocient de plus en plus les prix...

De toute façon, la ville de Paris reste très prisée des investisseurs fortunés, ce qui soutient les prix... Un appartement a, par exemple, trouvé preneur à près de 36 000 euros le mètre carré dans le triangle d'or, près des Champs Elysées... C'est le record !

Mais la plupart des professionnels consultés le reconnaissent : la chute des ventes finira bien par avoir un impact sur les prix. Pour certains, "c'est même la seule façon de relancer les ventes !"

Jour J pour les salariés d'Arcelor-Mittal à Floranges. C'est ce soir à minuit que se termine le délai de 60 jours laissé par Mittal à l'Etat français pour trouver un repreneur du site sidérurgique lorrain. Mais on est toujours dans l'impasse.

Négociations serrées. Négociations serrées au programme cet après-midi dans les locaux du MEDEF... Syndicats et patronat parleront de sécurisation de l'emploi, dans un contexte de forte hausse du chômage... Le Médef et la CGPME veulent plus de flexibilité pour les entreprises, les syndicats demandent plus de sécurité pour les salariés... Des avancées pourraient concerner l'accès pour tous aux mutuelles de santé, les droits rechargeables à l'assurance chômage et la formation professionnelle.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.