Une liste de 3000 noms, 3000 contribuables français soupçonnés de fraude fiscale. Soupçonnés d'avoir planqué en Suisse, un total de 3 milliards d'euros! Soyons clairs: une telle liste, c'est, tout à fait, inédit, puisque le ministre affirme avoir obtenu non seulement, les noms, mais aussi les n° de comptes et les montants en dépôt. "C'est exceptionnel" affirme-t-il! Et Eric Woerth, ministre du budget, donne désormais à ces fraudeurs, 4 mois pour régulariser leur situation. Au 1er janvier 2010, la "cellule de régularisation" mise en place au printemps dernier fermera. Elle promet aujourd'hui, l'examen de ces dossiers fiscaux "avec une certaine indulgence" (l'allègement des pénalités, notamment) mais elle n'a pas rencontré jusqu'ici le succès espéré. A peine 20 cas ont été régularisés! C'est ce maigre bilan qui pousse, donc, Eric Woerth a durcir le ton, en agitant cette liste de noms d'amateurs de comptes numérotés en Suisse. Mais cette liste existe-t-elle vraiment, en tant que telle? N'est-ce pas un énorme bluff? Chez les avocats fiscalistes (ceux qui aident ces français à contourner le fisc) on a tendance à le penser. On s'étonne, en tous cas, qu'une telle liste ait pu être ainsi dressée comme le ministre le raconte: c'est-à-dire, en partie, grâce à la déclaration "spontanée" de 2 établissements bancaires suisses. Qui auraient donc livrer -de leur plein gré!- la liste de clients français. Quand on voit ce que la justice et le fisc américains ont dû faire, face à la banque suisse UBS... en menaçant pendant des mois, en utilisant des méthodes proches de celles utilisés contre les organisations mafieuses... pour obtenir, au final, la promesse de la révélation, d'ici 1an, de 4500 noms, on peut s'étonner que la France obtienne, elle, 3000 dossiers parfaitement renseignés, sans efforts visibles. "Les banques suisses ont compris que nous sommes en train de construire le capitalisme d'après-crise" affirme Eric Woeth: elles auraient donc cédé devant tant de volontarisme. Les fraudeurs ne croient pas aux fables, en tout cas. Mais regardent les actes, les lois et les termes exactes des Conventions fiscales signées. Ils vont s'en remettre, comme d'habitude, à leurs avocats. Les mêmes qui jusqu'ici leur ont conseillé de ne surtout pas bouger! Le RSA connaît des ratés. L'information est révélée par nos confrères de la "Tribune": "le RSA démarre mal", titre le quotidien. S'il n'y a pas de soucis pour les anciens Rmistes ou bénéficiaires de l'Allocation Parent Isolé, on constate en revanche, 3 mois après sa mise en place, que seuls 10% des nouveaux allocataires touchent, aujourd'hui, le RSA, 3 mois après: un peu moins de 200 mille, sur les 2 millions attendus... travailleurs précaires, ou à temps partiel. Manque d'infirmation... peur des contrôles... aucune explication officielle n'est, pour le moment, avancée. Changement au japon. Le yen s'envole, ce matin, après la victoire de l'opposition aux législatives. Elle met fin à 54 ans de pouvoir conservateur. Le Parti Démocrate du Japon a obtenu une large majorité pour appliquer un programme interventionniste, qui tranche avec le passé: nouvelles aides aux familles, aux pauvres et aux retraités. Gratuité de l'école également. Nicolas Sarkozy à Berlin, cet après-midi. II va chercher le soutien d'Angela Merkel dans la perspective du G20 de la fin septembre. Un soutien, notamment, sur la question de l'encadrement des "bonus" des traders.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.