Si vous êtes adeptes des plateformes d’économie collaborative, vous aviez jusqu’à hier soir, dimanche 31 janvier, pour déclarer le récapitulatif des transactions effectuées par leur intermédiaire : une mesure décidée dans la loi de Finances 2016.

D’où une certaine nostalgie du temps béni où les impôts n’avaient que faire de qui entrait chez vous. Ces débuts un peu bohèmes... Car il y a huit ans encore, Airbnb ça voulait dire installer un matelas gonflable dans son salon et accueillir un voyageur de passage. C’est comme ça qu’ont commencé les fondateurs. Mais en huit ans, la location de son canapé-lit a laissé la place à des offres bien plus haut de gamme. On a tous pu découvrir un patrimoine immobilier illimité, avec location de résidences de luxe qui peuvent aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros la nuit.

Désormais Airbnb est valorisée 25 milliards de dollars, soit 23 milliards d’euros.

Les revenus générés par la plateforme doivent être déclarés à la plateforme.

Certaines sociétés en profitent pour louer plusieurs biens à la fois.

Des partenariats sont envisagés avec des institutions qui ont pignon sur rue, et même si celui envisagé avec la SNCF n’a pas abouti, d’autres sont dans les tuyaux. Trop d’argent, trop d’ambition bref, trop capitaliste. Air bnb aurait perdu son âme.

Sofa
Sofa © / Fastily

D’où de nouvelles offres qui sortent du bois pour retrouver l’âme des débuts. Plus question d’argent : on revient au bon vieux troc. C’est ce que vous proposent plusieurs start-up. Vous avez le français Nightswapping . Pas de frais de dossier, la plateforme se paie sur la vente, les systèmes de caution ou sur les assurances. 160 000 personnes l’ont déjà testé. Un autre français aussi,Guest to guest , s’est mis sur le même créneau. Vous échangez une maison contre une autre et c’est un système de points, « les guest points », qui vous permet de monnayer un échange avec n’importe qui dans le monde . Un vrai bon plan !

Autre solution : vous pouvez peaufiner votre allemand à Berlin, si en échange vous apportez des cours de soutien à Angela à Paris. Ça s’appelle GoCambio , un Airbnb gratuit qui vous permet d’apprendre une langue.

Et puis vous avez aussi plus spécialisé : MisterBnb pour les gays, KinkBnb pour les libertins, Bud and Breakfast pour ceux qui voudraient s’en rouler un petit au café... Ou encore Gamping si c’est dehors dans le jardin que vous voulez dormir.L’essentiel c’est de rencontrer celui qui vous héberge, pas de se vider les poches…

Si un jour ceux-là sont, comme Airbnb, valorisés plus de 25 milliards de dollars, on risque de s’amuser.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.