Les compagnies d’autocars qui trépignent d’impatience en attendant la libéralisation du secteur qui doit avoir lieu d’ici l’été.. probablement au même moment que la promulgation de la loi Macron. Pourtant, on constate dans de nombreuses communes de France un sérieux manque d’infrastructures pour permettre aux bus d’assurer les liaisons d’une ville à l’autre.

Ce matin je vais vous demander d’imaginer un endroit sinistre. Un lieu public toujours excentré, éclairé au néon, sans toilettes, évidemment sans vendeur de journaux et sans personne pour vous accueillir. C'est ...?

Une gare routière ! Douze compagnies d’autocars s’apprêtent à se livrer une concurrence féroce d’une ville à l’autre dès le début de l’été.

Sauf que dans une préfecture sur deux, il n’existe pas de gare routière où faire monter ou descendre les voyageurs, chiffre avancé par la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (la FNTV).

Dans les villes où il en existe, elles sont dans l’état que l’on décrivait à l’instant. Pas très accueillantes, voire pas accueillantes du tout. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de personnel pour vous renseigner et pas d’écran pour vous indiquer le départ du prochain bus.

Pire : c’est souvent un vrai casse-tête pour savoir à qui il faut passer un coup de fil pour y garer son bus quelques heures ou une nuit, pour une escale, mêmes les autocaristes ne savent souvent pas à qui s’adresser.

L’Arafer, qui est la future autorité de régulation du secteur, va forcément devoir se pencher sur le dossier de la libéralisation.

En attendant, pour les arrivées et les départs, les compagnies vont devoir improviser : les parkings de supermarchés vont sans doute devenir des lieux prisés de dépose et d’arrivage, ce qui peut bien fonctionner quand le magasin est fermé ! Sinon, il y a aussi le stationnement en double file, généralement source d’apaisement et de courtoisie sur les routes.

Bref, en l’état actuel des infrastructures routières, la concurrence entre autocars promet un joyeux capharnaüm dans la plupart des villes de France.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.