Autant le dire franchement : les hyper et supermarchés sont tous moches, ce sont des verrues dans le paysage urbain, en forme de grosses boites à chaussures.

Tous ? Non ! Un supermarché résiste à la nullité architecturale ! L’Intermarché de Ris-Orangis, en banlieue parisienne, pourrait bien être classé aux Monuments historiques. On l’apprenait hier dans Le Parisien : c’est un prof à l’école des Beaux-Arts du Mans qui en a fait la demande officielle, en 2012. Il attend encore une réponse, mais il a bon espoir que ça aboutisse.

Intermarché Ris-Orangis
Intermarché Ris-Orangis ©

Parce que ce supermarché est signé Claude Parent. Moins connu que Le Corbusier, célébré ces jours-ci, Claude Parent reste l’un des grands noms de l’architecture du XXème siècle. Il a 92 ans aujourd’hui et il fut notamment le formateur de Jean Nouvel. A en croire David Liaudet, le prof des Beaux-Arts qui porte cette demande, le supermarché de Ris-Orangis conçu en 1970 est une merveille de brutalisme, tendance architecturale qui privilégie l’emploi de matière brute, telles que le béton. « Cet Intermarché est beau », m’a dit David Liaudet au téléphone, « il est incroyablement articulé. » Trois volumes : le supermarché, la galerie marchande, et une passerelle en béton pour les relier. « Passerelle en ligne brisée qui est à elle seule une sculpture », dit encore David Liaudet.

Si cette demande aboutit, il ne serait pourtant pas le premier supermarché à être ainsi classé. Le Carrefour de Sens, dans l’Yonne, lui aussi conçu par Claude Parent, l'a été en 2011, là aussi à la demande de David Liaudet, qui est décidément un fan de Claude Parent. (Il précise qu’il fait ça par passion et n’a aucun intérêt commercial dans ces démarches…). A l’époque, il avait dû batailler contre Carrefour, car c’est une distinction qui ne simplifie pas la vie ! Chaque projet de transformation, les moindres petits travaux doivent ensuite faire l’objet d’une demande auprès des Bâtiments de France. Cela prend du temps, de l'énergie et de l'argent.

Pourtant, le patron de l’Intermarché de Ris-Orangis m’assure qu’il n’y verrait pas une contrainte, au contraire. Hubert Prost Romand estime que ce serait un joli coup de pub, d’être classé . Ce serait valorisant pour ses clients, qui seraient fiers de faire leurs courses ici. Il est convaincu, surtout, que ça en ferait venir de nouveaux. Et puis les Monuments Historiques peuvent permettre de décrocher des subventions pour financer la rénovation, c’est toujours bon à prendre.

Justement, le supermarché n’a pas été rénové depuis sa construction en 1970. Il est resté dans son jus. Voilà qui surprend : les professionnels de la grande distribution estiment qu’il faut investir dans la rénovation au moins tous les dix ans pour rester dans l’air du temps. C'est vrai, répond Hubert Prost Roman, mais ce supermarché avait déjà 40 ans d’avance en 70 ! Le fait qu'il n’ait pas bougé toutes ces années prouve la qualité architecturale du projet.

Au fait, désolée Eric, mais l’Intermarché de Ris-Orangis est fermé aujourd’hui, c’est le 1er mai… Qu’à cela ne tienne, je ne vous demande pas d’y aller pour acheter des yaourts mais pour admirer le bâtiment ! Histoire de voir à quoi ressemble le brutalisme :(Extrait du film Les Tontons flingueurs )

0'10

Le cinq sept 2013 - SON ECO DU MATIN tontons flingueurs

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.