La Croix
La Croix © Radio France

Dans le paysage sinistré de la presse quotidienne nationale (en dehors du sport et de l'économie), le journal La Croix fait figure d’exception française. Il est le seul qui voit sa diffusion progresser.

Si l’on remonte un peu le temps, si l’on revient quelques mois en arrière, en février dernier, jamais l'actualité de la chrétienté n'a été aussi porteuse en évènements et en rebondissements.

Même pour l'athée ou l'agnostique le plus pur, le feuilleton était passionnant. D'abord, la renonciation d'un Pape Benoît XVI : du jamais vu.

Puis, Habemus Papam, l'élection d'un autre, un parfait inconnu qu'il fallait découvrir.

Bref, dans ce paysage,La Croix et ses journalistes étaient sans doute les mieux placés pour éveiller les consciences de ces lecteurs curieux de savoir ce qui se passait au Vatican.

Mais au-delà de cette actualité porteuse pour La Croix , doyen des quotidiens français du haut de ses 130 ans, il y a un vrai modèle économique qui fait ses preuves.

Chaque jour, La Croix vend 94 700 exemplaires. Ses ventes progressent, il gagne des lecteurs, alors que tout le monde en perd ! Libération :-11% ; Le Parisien/Aujourd'hui en France : 4,4% ; Le Monde : -3,1% et La Croix : +0,6%.

Mieux : ses comptes sont à l'équilibre, avec un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros.

Pour Georges Sanerot, président du directoire de Bayard, pas de miracle , il y a une clé essentielle : la ligne éditoriale, le fait d'assumer les impasses et de se concentrer sur ses points forts :

Ce n'est évidemment pas le seul ingrédient de ce succès.

D'abord,La Croix possède un socle d'abonnés très fort et très fidèle, de 80 000 personnes . Profil provincial, catégorie socioprofessionnelles élevées. Avec ces abonnés, La Croix ne dépend donc pas des kiosques pour vivre.

Ensuite, il a su prendre le tournant du numérique et assez vite, en faisant payer le site depuis trois ans : ce qui n’a pas empêché 40 000 personnes de s’y abonner.

Pour l’avenir, le quotidien envisage de s’intéresser àtous les aspects de l'Eglise, et en allant plus loin encore.

En avril dernier, le journal a lancé un service de documentation et d'information baptisé « Urbi et Orbi ». Un peu comme le Pape, le quotidien s'adresse à la ville et à l'univers, en bi-media : papier et web.

L'idée est de décliner plusieurs thématiques chères au quotidien: l'éthique, la parent alité, l'éducation, le vieillissement et la culture, avec beaucoup d'expertise.

A la clé, toujours les valeurs chrétiennes, mais aussi un nouveau public et de nouvelles sources de revenus.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.