Le Black Friday aux Etats Unis, c’est la journée qui donne le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année. C’était le week-end dernier, avec des réductions parfois importantes offertes par les enseignes.

En France pour ce « vendredi noir », les soldes ont fait un carton sur les produits multimédia, les vêtements et le champagne. Aux Etats Unis, en revanche, les ventes sont à la baisse.

Des ventes en baisse, mais toujours ces batailles omériques pour une télé, un mixeur, un téléphone portable. « Les bastons du Black Friday 2014 » on peut les voir cette année sur le site du Huffington Post.

Mais ces empoignades légendaires sont bien les arbres qui cachent la forêt: cette année, 134 millions d’Américains sont allés chercher l’objet de convoitise dans un magasin, c’était 141 millions l’an dernier, un recul de 5% .

Sans compter qu’en 2013, la moyenne des Américains avait dépensé 100 euros de plus : des chiffres de la NRF, la Fédération nationale des Détaillants américains, combinés à ceux de Prosper Analytics.

En revanche, un secteur prospère aux Etats-Unis : celui des armes à feu

Et comment le sait-on? Grâce au FBI qui vérifie chaque vente. Record absolu : les armuriers ont fait mouche car 144.000 armes ont été vendues l’an dernier aux Etats-Unis ; 175.000 cette année.

Du coup, la police fédérale, qui doit vérifier en trois jours que chaque acheteur a bien un casier judiciaire vierge, « le background check » se retrouve totalement submergée de travail et a dû embaucher pour faire face à l’afflux de demandes.

En France alors, cela a-t-il fonctionné ?

la première quinzaine des soldes morose
la première quinzaine des soldes morose © reuters

Cela a donné un vendredi noir… de monde ! pour Auchan. Ses 120 magasins ont joué le jeu partout en France, 90 magasins le dimanche. L’enseigne voulait augmenter de 10% la fréquentation sur ces 3 jours elle est arrivée à 12%. C’était le seul hypermarché à tenter l’aventure cette année.

En fait c’est surtout sur internet que les Français ont plongé dans leur vendredi noir: 30% d’entre eux sont allés y acheter des produits en promotion (c’est un sondage LSA Toluna).

Pas des armes, mais des vêtements d’abord et avant tout, suivi de la high-tech et des jouets. Autrement dit, pour ces offres noires, 15 millions de Français ont fait chauffer rouge leur carte bleue.

Et c’est donc un phénomène qui commence tout juste en France. L'an dernier, les Français ont dépensé 480 millions d'euros, c’est trois fois moins que les Britanniques et huit fois moins que les Américains.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.