L a semaine dernière, le gouvernement a trouvé LE remède pour réduire les délais astronomiques de passage du permis de conduire. C’est inscrit dans l’article 9 de la loi Macron et cela consiste à renforcer les effectifs des inspecteurs du permis de conduire par des postiers.

Les conditions de travail à la Poste dénoncées
Les conditions de travail à la Poste dénoncées © Maxppp / Darek Szuster

Du coup on va bientôt pouvoir dire « J’ai eu mon permis comme on met une lettre à la poste… ».

Dans les départements où les listes d’attente sont trop longues - je vous rappelle que les délais en France sont les plus longs d’Europe (98 jours en moyenne entre deux examens)-, le ministre de l’Economie appelle les postiers à la rescousse. Emmanuel Macron a sollicité Philippe Wahl, patron de La Poste, l’affaire a été entendue et inscrite dans la loi. Parmi les 240 000 salariés de La Poste, certains vont devoir sérieusement réviser leur code.

A La Poste, qui sera concerné? Les guichetiers, les facteurs, les cadres?

Personne n’en a la moindre idée et hormis la CFDT, la plupart des syndicats s’étonne qu’on puisse s’improviser inspecteur de permis de conduire. Tout le monde s’accorde pour dire que oui, bien sûr, il y a baisse du trafic postal, ce qui nécessite une vraie discussion sur le devenir des salariés.

Mais la plupart du temps, c’est dans les banlieues difficiles qu’on a du mal à passer son permis. Le problème vous l’aurez compris, va au-delà du simple souci de sous-effectif.

Ce n’est pas la première fois qu’il est proposé aux postiers de se reconvertir.

La liste est longue des propositions alternatives:

  • livrer leurs courses aux personnes âgées

  • aller chercher des médicaments

  • collecter du papier à recycler

  • relever les compteurs électriques

  • établir des comptes rendus de sinistres pour les assurances

  • réaliser des diagnostiques énergétiques gratuits à la place des spécialistes du bâtiment et maintenant, faire passer le permis de conduire.

Le métier de facteur n’est plus ce qu’il était.

Régis Blanchot, syndicaliste Sud PTT que j’ai eu hier au téléphone, me disait «ce qu’on ressent mal c’est le fait qu’on nous fasse passer pour des gens qu’il faut absolument occuper.»

__

Reste maintenant à définir ce qu’est vraiment un service public et comment on va rémunérer ces inspecteurs postiers.

Bref, en 2015, il va falloir un vrai facteur chance pour décrocher son permis

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.