C’est un épisode qui va sans doute marquer un tournant dans les relations entre les internautes et les entreprises de messagerie : Yahoo va faire l’objet d’une « class action ».

la nsa aurait infiltré les serveurs de google et yahoo
la nsa aurait infiltré les serveurs de google et yahoo © reuters

C’est ce que vient d’autoriser, en tout cas, la justice américaine. Une class action, c’est une action collective qui permet à des consommateurs de porter plainte en groupe contre une entreprise. La juge d’un tribunal en Californie vient d’autoriser l’ouverture d’une class action contre Yahoo pour son service de messagerie.

Ce qui a du mal à passer, c’est que Yahoo lit nos mails et plus précisément, ce sont des robots qui les lisent.

C’est terrible à dire, mais on est presque blasés, maintenant, sur ces sujets-là. Avant l’affaire NSA, il était inimaginable que nos mails puissent être espionnés. Aujourd’hui, on sait tous que notre correspondance privée est… publique, ou presque. Elle est lue par les agences de renseignements, peut-être un peu moins grâce au Freedom Act adopté aux Etats-Unis. Lue, surtout, par les entreprises de messagerie, qui glanent des données personnelles dans nos courriels et les vendent des annonceurs pour nous bombarder de publicité ciblée.

Le problème, c’est qu’on a accepté, validé, les conditions générales d’utilisation, ce pavé écrit en tout petit que personne ne lit jamais et dans lequel on autorise le service de messagerie à faire tout ce qui lui semble utile (ou plutôt tout ce qui lui semble lucratif). Mais les gens qui nous écrivent des mails, qui ne sont pas chez Yahoo, ils n’ont rien accepté du tout, eux ! Et c’est bien ce que dit la justice américaine : il n’est pas normal que Yahoo surveille aussi le contenu des mails reçus par ses clients. D’où l’autorisation de cette class action.

Résultat, tous les internautes qui ont un jour envoyé un mail à un contact inscrit chez Yahoo depuis 2011 sont susceptibles de se joindre aux poursuites, autant dire que ça fait du monde ! Mais autant vous prévenir, cette class action est circonscrite aux Etats-Unis, donc les internautes français ne peuvent pas se joindre à la fête.

Ce qui est étonnant, c’est qu’une action similaire contre Gmail, la boite mail de Google, a échoué, l’an dernier. La même juge avait estimé qu’il était trop compliqué de déterminer quels correspondants de Gmail étaient concernés par le scan des e-mails. Sur le web, certains s’indignent de ce traitement différend entre Yahoo et Google : « Deux poids, deux mesures ».

Cette class action est une bonne nouvelle pour la protection de nos vies privées. C’est ce que dit notamment Sébastien Roussel, le fondateur d’un site d’information entièrement consacré aux mails, arobase.org. Pour lui, c’est un pas vers la prise de conscience. Mais il craint qu’il faille encore quelques années (et sans doute quelques scandales) avant que les gens réalisent vraiment que c’est important de garder ses mails privés. Notamment parce qu’aujourd’hui, on fait tout par mail : on déclare nos revenus, on correspond avec les impôts, avec le médecin, on réserve ses vacances. Bref, avec un accès à ma boîte mail vous connaissez toute ma vie !

C’est l’occasion de souligner qu’il existe des boîtes mails alternatives pour ceux qui veulent protéger leur correspondance. Elles sont payantes, en général. Mailden, par exemple coûte 30 euros par an. Vous trouverez une liste de messageries sécurisées sur le site arobase.org

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.