Alors que le dernier bilan recense plus de 4900 morts et que la France vient de prendre en charge une deuxième personne souffrant du virus Ebola, quelles sont conséquences économiques d’Ebola, notamment dans le secteur du tourisme ?

Une Libérienne prie pour la fin d'Ebola, à Monrovia, au Libéria, le 31 Octobre 2014.
Une Libérienne prie pour la fin d'Ebola, à Monrovia, au Libéria, le 31 Octobre 2014. © AHMED JALLANZO

Est-ce qu’Ebola est en train de devenir un virus pour l’économie? C’est toute la question ce matin.

Du côté des nouveaux tours operators, comme la plateforme Evanéos, qui met en relation les voyageurs avec des contacts locaux pour un voyage personnalisé, la baisse du nombre de demandes pour l’Afrique de l’Ouest a chuté de manière drastique: moins 70% de demandes entre cette année et l’an dernier.

Certes, il y a une baisse globale de l’activité -moins 30% sur le monde entier-, mais elle est effectivement bien plus forte sur l’Afrique occidentale. On ne réserve plus dans cette région.

Quant aux annulations de voyages, elles sont tout de même encore limitées: 8% d’annulations officiellement en raison de la peur de la maladie.

Alors je vous ai parlé d’Evaneos, mais tout le monde ne tient pas ce discours.

Pour ce qui du Seto , par exemple, le Syndicat des Entreprises du Tour Operating, présidé par René Marc Chikli,il dit ne pas détenir de données chiffrées sur une prétendue baisse des réservations ou des annulations, et reproche aux médias d’encourager la psychose

Qu’en est-il du monde des affaires ?

ebola
ebola © Radio France

La plupart des entreprises ont freiné leurs déplacements, mais selon les chiffres fournis par l’Association of Corporate Travel exécutives, 59% des entreprises continuent à envoyer leurs cadres dans les pays touchés par la crise.

Toutefois, ce qui inquiète les pays frappés par la maladie, c’est le coup d’arrêt porté à de très gros projets sur place.

En Guinée par exemple: Arcelor Mittal a évacué tout un chantier et suspendu les travaux d’expansion d’une mine de fer.

Au Sierra Leone, la London Mining Company a fait la même chose, exfiltrant une partie de son personnel.

L’impact est également très important dans l’agroalimentaire : depuis plusieurs semaines maintenant le Sénégal interdit toutes les importations de produits agricoles en provenance de Guinée, le foyer du virus.

A quoi faut-il s’attendre dans les mois qui viennent ?

On peut s’interroger sur l’impact d’Ebola sur le prix de certaines matières premières comme le cacao par exemple, puisque plus de 70% de la production mondiale se situe dans cette région du monde.

Mais encore une fois, c’est pour les pays frappés de plein fouet par la maladie que les conséquences seront les plus graves.

La dernière étude menée par la Banque mondiale prévoit deux scénarios:

  • soit d’ici la fin décembre, l’épidémie est contenue et ne se propage que de façon limitée aux voisins : c’est le scénario « Ebola faible »;

  • soit on est dans une configuration « Ebola fort » et dans ce cas, estime la Banque mondiale, les dégâts économiques s’élèveraient à 26 milliards d’euros d’ici la fin de l’année 2015.

Les dégâts d’Ebola sur l’économie seraient donc totalement proportionnels à ses dégâts sur les hommes.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.