Pyrex, une marque « made in France » et centenaire

Biberon Pyrex
Biberon Pyrex ©

Pyrex, c’est le plat en vert ultra solide dans lequel vous faites le gratin dauphinois. Votre mère en faisait déjà autant et votre grand-mère itou, parce que la marque est née en 1915. Elle fête donc ses cent ans et c’est l’occasion de rappeler son histoire, qui est pour le moins originale.

Cette histoire démarre aux États-Unis, à bord d’un train.

Au début du siècle dernier, les lanternes de signalisation des locomotives explosaient régulièrement, en particulier quand il pleuvait après un épisode de chaleur. On a donc demandé à une société américaine, Corning, de créer un verre spécial résistant aux chocs thermiques. C’est ainsi que le verre borosilicate, inventé par un chimiste allemand, fait son apparition dans les lanternes. Ensuite, la légende raconte que la femme d’un ingénieur de Corning a eu l’idée d’utiliser une de ces lanternes pour faire cuire un gâteau. Essai concluant, bonne résistance à la chaleur du four, c’est la naissance des plats Pyrex.

La marque est donc crée en 1915 et elle part à la conquête de l’Europe dès les années 20

Il faut bien comprendre que ce n’était pas évident, à l’époque, de convaincre la « ménagère », comme on l’appelait encore, de troquer sa cocotte pour un plat en verre. C’est une petite révolution domestique, mais le verre est plus facile à laver, plus sain et la résistance à la chaleur, justement, séduit : cela va assurer un développement rapide de Pyrex. Voilà comment on passe des lanternes de loco au gratin dauphinois !

Aujourd’hui, comment se porte cette marque centenaire ? Plutôt bien, même si elle a connu de grosses difficultés. La société s’appelle « International Cookware », et c’est une entreprise française, comme son nom ne l’indique pas : le siège social est à Villepinte et l’usine (qui fabrique 32 millions de produits par an) est à Châteauroux, dans l’Indre. En fait, deux sociétés se partagent l’exploitation du brevet Pyrex, qui appartient toujours à l’américain Corning : une entreprise américaine, World Kitchen, qui vend ses produits en Asie et aux États-Unis ; et International Cookware, société française donc, pour les marchés Europe, Afrique et Moyen Orient.

Le chiffre d’affaire d’International Cookware est de 100 millions d’euros. L’enseigne a changé plusieurs fois de propriétaire, elle s’est enfoncée dans les difficultés financières avant d’être rachetée, l’an dernier, par un fond d’investissement… américain. Retour aux sources, donc. Mais elle est toujours basée en France et se targue de faire du 100% made in France puisque tout est fabriqué à Châteauroux. Aucune délocalisation. L’usine fait travailler 420 personnes.

A l’avenir, Pyrex devra encore innover pour perdurer. Et l’un de ses atouts, c’est qu’elle fait partie de ces marques tellement familières qu’on en oublie que ce sont des marques, justement. Comme Kleenex, Sopalin, Kärcher... Vous en connaissez d’autres ? Caddy, Frigidaire, Velux. Ok je m’arrête là. Post-it, Escalator, Scotch, Linoleum. Sachez d’ailleurs qu’on parle d’antonomase quand un nom propre entre ainsi dans le langage courant. Si vous avez des noms à me suggérer pour ajouter à ma liste d’antonomases, écrivez-moi c-dessous dans la rubrique commentaires !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.