Selon un rapport de la Cour des Comptes, les livrets A non réclamés représenteraient un véritable trésor en France: 1,2 milliard d'euros dorment dans les caisses des banques.

faible collecte du livret a en juin
faible collecte du livret a en juin © reuters

Etes-vous sûrs de savoir où vous avez rangé votre livret A? Vous savez, il y a longtemps, c'était un petit livret rouge?

Attention, car vous risquez de vivre la même mésaventure que Laurent Lacombe.

En triant des papiers il y a quelques mois, ce Toulousain découvre que son père, décédé entre temps, lui avait ouvert un livret A à son nom à la BNP, en 1983, il y a plus de 30 ans.

Laurent Lacombe n'en savait rien. Pour récupérer cet argent, environ 1000 euros, il prend rendez-vous avec sa conseillère, qui le renvoie à la direction régionale. « Fin de non recevoir, pas de trace de ce livret », lui dit-on.

Laurent Lacombe :

Si l'on en croit l'explication de la banque, ce compte aurait disparu lors d'une bascule informatique. Maisl'argent a très bien pu aller directement à la Caisse des dépôts et consignations, c'est-à-dire à l'Etat. C'est la loi quand un compte reste sans mouvement pendant plus de 30 ans .

Pourtant, une loi vient d'être votée à l'Assemblée pour éviter ces comptes dormants! Cette loi avance de 20 ans le moment où l'Etat peut récupérer l'argent qui dort. C'est justement ce qui pose problème à l'AFUB, l'Association Française des Usagers des Banques.

Serge Maître, président de l’AFUB :

L'AFUB dénonce une mauvaise volonté des banques à renseigner leurs clients. Car l'argent des morts est très rentable ; vous pouvez même le ponctionner pour frais de gestion sans que personne ne s'y oppose.

En France, les banques compteraient ainsi 620.000 centenaires, dont les héritiers ne sont jamais venus réclamer l'argent. Pour information, au dernier recensement, on ne dénombrait que 20 000 centenaires !

Et selon l'AFUB, deux banques sont championnes des titulaires décédés : la Banque postale et la Caisse d'épargne, avec 918 millions d’euros au total. On savait qu'on pouvait faire voter les morts, maintenant on peut les faire économiser !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.