Alors que les projecteurs sont braqués sur le Panama, à la suite des Panama Papers, certains font carrément la promotion de ce modèle de liberté et cela au cœur même de l’Europe.

C’est le cas du Liberland , une micronation sans existence officielle. Son fondateur travaille d’arrache-pied pour en faire un nouveau paradis fiscal au cœur de l’Europe. Allez savoir pourquoi personne n’en veut de ces sept kilomètres carrés. Ils sont là entre Zaghreb et Belgrade, entre la Serbie et la Croatie. Et ça fait 24 ans qu’aucun de ces deux voisins ne les revendique. Alors c’est vrai, la parcelle est un peu marécageuse, mais bon …

À l’origine, il y aurait eu désaccord sur le tracé du Danube, suivi par un litige sur le cadastre, et on en est resté là avec un trou sur la carte.

Liberland, prochain paradis fiscal ?
Liberland, prochain paradis fiscal ? © / Liberland

Un homme, Vit Jedlicka, un tchèque de 32 ans est donc parti à la conquête de ce vide. Il s’est autoproclamé Président fondateur du Liberland : capitale, Liberpolis - devise, «Live and let live » Vivre et laisser vivre.

Sur le plan économique, vous l’aurez compris, moins il y a d’État, mieux c’est. Vit Jedlicka a lu l’économiste libéral, Frédéric Bastiat, à 13 ans, ce qui l’a beaucoup marqué. Ici les impôts sont donc volontaires. La propriété privée sacrée. L’administration réduite à sa plus simple expression.

Et les projets d'infrastructures financés par des campagnes participatives.

Jusqu’à présent, 500 personnes ont donné pour le Liberland : 45 000 dollars au total…

Don le plus généreux : 1500 dollars… ce qui sert déjà à l’essentiel vous me direz : verser un salaire au président fondateur, 2000 dollars par mois, plus 1200 dollars pour la first lady .

Peupler Liberland, c’est le rôle du pôle chargé de la colonisation. À sa tête : Niklas Nikolajsen, qui est aussi PDG de l’antenne suisse du Bitcoin .

Il a déjà reçu 370 000 demandes de nationalisation: des Égyptiens, des Turcs, des Algériens, des Marocains et des Syriens, évidemment plus motivés par le fait de fuir leur pays que de peupler le Liberland. Les requérants ont été déboutés. Une certaine idée de la liberté…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.