Penchons-nous sur l’histoire de la "jeune pousse" française sans qui les 370 journalistes du Consortium international des journalistes d'investigation n’auraient jamais réussi à décrypter les gigantesques données des Panama Papers.

Il s’agit de la start up Linkurious , une équipe ingénieuse couronnée hier soir d’un prestigieux Data Intelligence Award.

C’est vraimentl’histoire d’une belle réussite, doublée d’un esprit d'engagement. Il y a huit ans, Jean Villedieu, 24 ans à l’époque, termine des études de marketing. Avant ça, il a fait l'École de Guerre Économique à Paris et Sciences Po à Lyon. Et sur les bancs de l’école, il suit les cours à côté d’un ingénieur, Sébastien Heymann…

De cette rencontre va naître Linkurious . C’est le minimum pour commencer : un outil très malin qui analyse des bases de données, dites « données de graphes ».

Capital de départ : 150 euros.

Vous êtes une entreprise et vous voulez identifier des groupes de fraudeurs qui volent de fausses identités.

Rien qu’à travers les informations livrées par vos clients : leur numéro de téléphone, ou leur adresse e-mail, vous allez voir comment les uns sont reliés aux autres…

Big data
Big data © Fotolia

Si l’on retrouve plusieurs fois le même mai l avec une adresse postale différente, vous savez qu’il y a un "loup".

Mais ce n’est pas pour débusquer des fraudeurs que leur premier gros, très gros client les contacte.

C’est pour analyser, synthétiser, des retours d’expérience après des séjours dans l’espace.

Je vous le donne en mille : c’est la NASA. Car la NASA s’est aperçue que les astronautes qui décollaient répétaient souvent les erreurs de leurs prédécesseurs. Pourquoi ? Parce qu’ils ne lisaient pas leurs rapports.

A l’aide deLinkurious , la NASA a donc pu dresser une sorte d’inventaire des soucis récurrents.

Imaginons : vous avez un problème avec votre valve à haute pression.

Vous tapez ça dans Linkurious , et hop : apparaît alors tout l’historique des dysfonctionnements de ces 20 à 30 derniers années. Avec les noms des cosmonautes concernés que vous pouvez en plus contacter.

Le service de nos petits français est vendu 25 000 euros pour un déploiement standard.

Mais cette année, ils ont signé leur plus gros contrat avec une institution publique à l’étranger (Jean Villedieu n’a pas voulu m’en dire plus) : " un contrat à six chiffres ", m’a-t-il dit pudiquement.

Et pour les Panama Papers,ils n'ont pas gagné un centime . Là, il s’agissait de mettre à jour les entreprises liées à la Société Générale. Mission gratuite, parce que la petite équipe de Linkurious (qui compte désormais six personnes) croit à la nécessité d’éradiquer les paradis fiscaux.

Mais elle savait aussi qu’elle misait là, sur une super opération de communication.

Mission accomplie : depuis lundi les demandes affluent rue Soleillet, dans le 20e arrondissement de Paris, où elle s’est installée. Des entreprises américaines en grande majorité, mais aussi des britanniques. Les clients français arrivent en troisième position.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.