En décembre dernier, l’Autorité de la Concurrence a décidé qu’il ne serait plus remboursé par la Sécurité sociale. Par conséquent, que le premier médicament de France se retrouve au cœur d’une bataille pour l’emploi.

Pipette et doliprane
Pipette et doliprane © Radio France / DR

Vous en avez sans doute toujours une boîte de Doliprane chez vous, dans votre placard à pharmacie. Jusqu’à présent, quand vous alliez chez le médecin et qu’il nous prescrivait une boîte à 1,95 euros, elle vous était intégralement remboursée par la Sécurité sociale.

Mais voilà qu’en décembre dernier, l’Autorité de la Concurrence en a décidé autrement.

Si vous voulez soigner votre mal de tête gratuitement, dit-elle, ce sera désormais paracétamol en générique à 1,90 euros la boîte et rien d’autre. Tollé chez Sanofi, qui produit le Doliprane et qui menace de fermer ses usines, en première ligne celles de Compiègne et de Lisieux, dans le Calvados, où l’émotion était à son comble samedi dernier :

Emma, salariée Sanofi :

Cette décision ne prendra pas effe tavant 6 mois, en sachant que la balle est maintenant dans le camp du Ministère de la Santé, qui doit arbitrer entre deux problématiques : faut-il tout faire pour résorber le trou de la sécurité sociale (le Doliprane lui a coûté 23 888 615 millions d'euros en 2012), ou bien faut-il privilégier l’emploi local ?

Chez Sanofi, on estime que c’est un faux débat, tout simplement en raison de l’excellence de son médicament, défend Christian Lajoux, son PDG :

Le laboratoire Sanofi pourrait produire son propre générique. Ce serait la logique commerciale, celle qui permettrait également de créer des emplois. Mais attention à l’étranger, prévient Sanofi qui brandit la menace de la délocalisation de ses usines en Tchéquie ou en Turquie.

En attendant la décision finale, les laboratoires ont tous rendu hier leur copie à l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament. Une copie qui analyse point par point les conséquences de la décision, notamment en terme d’emploi Autrement dit, un vrai casse-tête !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.