0'13

Le cinq sept 2013 - Son Eco du matin

Jeune garçon lisant sur une tablette numérique
Jeune garçon lisant sur une tablette numérique © corbis

Un rêve…en passe de devenir réalité… la tablette JOLLA devrait effectivement bientôt voir le jour grâce aux dons des internautes: 1,2 million d'euros.Les concepteurs finlandais n’en attendaient pas tant : ils pensaient qu’avec 300 000 euros, la machine pourrait s’enclencher mais en 2 jours les internautes ont explosé les compteurs, 800 000 euros sont arrivés sur la plateforme. Du coup les ingénieurs ont décidé de procéder par paliers. A 1,2 million d'euros il rajoutent un lecteur micro SD, à 200 000 euros de plus ils créent un split screen c’est à dire un écran partagé.

Bref ce sont les donateurs qui décident du niveau d’évolution et de sophistication de cette tablette. Quel est l’intérêt de cette tablette par rapport à tout ce qui existe sur le marché ? Son système d’exploitation: Sailfish…ce n’est ni I.O.S d’Apple ni Androïd…Sailfish dans une tablette c’est une garantie de sécurité promettent les créateurs, « nous on ne vendra pas vos données ».D’où un certain engouement chez les internautes…pour un objet dont le prix reste dans les clous des autres objets du même genre : 349 euros…Ce qu’on peut déjà noter c’est que de manière contractuelle, YOLLA s’engage à le faire. Les autres marques de tablettes n’ont pas pris ce risque. Quand vous signez avec Apple , personne ne vous fait cette promesse. Ensuite on peut croire à l’engagement sincère de l’équipe à vouloir respecter les données privées. Les fondateurs de Jolla sont des anciens de chez Nokia. Ils ont quitté le navire quand un transfuge de chez Microsoft est arrivé à la tête de la compagnie. Maintenant la vraie question qui se pose est : est-ce que techniquement les créateurs de JOLLA vont avoir la capacité de protéger les données de leur client ? Ca c’est une autre affaire. Et c’est ça qu’il faudra surveiller à l’avenir….

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.