L’Amérique du Nord avance à pas de géant pour commercialiser le cannabis. Après les stars qui investissent dans le secteur, voici maintenant les premières publicités pour le cannabis.

Celle-ci est apparue il y a trois mois sur les écrans américains. C’est un type un peu louche qui se promène dans un quartier sinistre. Il ouvre sa veste, et à l’intérieur il vous propose différentes sortes de poissons crus accrochés à même le veston.

Vous l’avez compris, on utilise les codes que connaissent ceux qui achetaient leur herbe sous le manteau, on les détourne pour les ramener dans le droit chemin…

Mais l’autre cible de taille pour les publicitaires maintenant:

c’est de faire fumer ceux qui n’auraient jamais osé.

En gros, la plus grande majorité des Américains.

Et là c’est la conquête de l’Ouest.

On commence par détourner le produit de sa culture d’origine. Finis les bas-fonds, le type louche qui parle par allusions et rase les murs. Virage à 180 degrés.

Pour ça, le magazineHigh Times, ouvertement pro-légalisation a commandé une enquête à l’agence de communication Omnicom . Le rapport s’appelle Rebaptiser la marijuana .

À la fin du rapport, vous trouvez notamment ce chapitre : Cannabis et Haute Cuisine . La proposition est la suivante : pourquoi ne pas glisser dans les équivalents des trois étoiles américains des plats agrémentés d’herbe ?

Toucher les gourmets, communiquer sur le côté festif et raffiné, tout en sachant que vous allez en sortir très détendus…

Bref c’est un créneau à prendre et certaines marques, notamment d’alcool, des bières en particulier, sont en train d’étudier les passerelles possibles.

Un homme roule un joint de cannabis.
Un homme roule un joint de cannabis. © Thom Lang/Corbis

Pour l’instant il n'y a que quatre états américains où fumer est un loisir autorisé et une douzaine où sa consommation est légale sur ordonnance. Pas tout à fait une ambiance de prohibition, donc.

Ce qui est sûr, c’est que les entreprises se positionnent dans la perspective d’un élargissement du marché.

Le magazineHigh Times, destiné aux fumeurs, est désormais courtisé par une série de marques qui veulent s’adresser aux amateurs, aux cultivateurs pour leur vendre un tas deproduits dérivés : vaporisateurs, pelles et terreau. Le monde des marques de sport surveilleraient également ces pages avec intérêt… Bref, les fumeurs ne sont plus des parias.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.