Certaines industries reposent sur la tradition et leur longévité tient au fait de ne rien changer. Mais il y aussi des contre-exemples, comme avec ce chantier qui devrait s’achever cet été en Belgique.

C'est à Bruges, la Venise du Nord. Vous y êtes peut-être allé en amoureux. Vous avez admiré les façades gothiques de briques rouges. Vous êtes monté tout en haut du beffroi. Vous avez suivi les cygnes sur les canaux.

Maisvous ne devinerez jamais ce qui va bientôt couler en dessous. De la bière.

Après les gazoducs, les oléoducs, les viaducs, les belges construisent un Bièroduc !

3km2 de pipeline à bière pour relier une brasserie à son usine d’embouteillage.

Le seul hic c'est que ce ne sera pas terminé avant l'Euro de foot, ce qui est bien dommage.

bière
bière © / Benreis

Le patron de la bière de Halve Maan , Xavier Vanneste, a obtenu le droit, en faisant valoir qu’il allait changer - en mieux - la vie de ses compatriotes. Sa brasserie ancestrale, voyez-vous, est installée dans le centre historique de Bruges depuis 1856. Mais son usine d’embouteillement est en périphérie de la ville. A raison de 500 camions par an pour acheminer les fûts, elle n'évite pas les embouteillages…Avec le pipeline, fini ce goulot d’étranglement.

Le projet paraît un peu fou, mais c'est en regardant un jour une équipe poser une fibre internet que Xavier Vaneste en a eu l’idée. Et il s’est dit : si on peut faire passer internet par un tuyau, on peut bien y faire passer de la bière ! Ceci dit il a découvert plus tard que ce système était déjà utilisé en Allemagne et en Bretagne lors du festival des Vieilles Charrues.

Ensuite Vaneste a dû faire financer le projet de 4 millions d’euros. Il a trouvé une solution : le financement participatif.

En appâtant les plus gros donateurs avec cette promesse choc : une bouteille de bière par jour jusqu’à leur mort.

Petite précision, au cas où vous auriez l’esprit mal tourné : ce tuyau de 3 kilomètres, fabriqué en plastique est aussi solide que l’acier. Et donc impossible à siphonner.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.