Cela va se passer après-demain, pas très loin de Las Vegas. Le milliardaire américain Elon Musk, celui qui a propulsé Pay Pal, mais aussi Space X et Tesla, va tester pour la première fois, en grandeur nature le système de propulsion de l'Hyperloop, un mode de transport futuriste ultra-rapide.

Si vous êtes fans de Star Wars, vous connaissez par coeur ces moments délicieusement futuristes où le Faucon Millenium passe à la vitesse de la lumière. Avec Musk, on n’en n’est vraiment pas loin.`

Ici, sur Terre, et en 2016 aux Etats Unis, en Californie.

C’est là qu’Elon Musk voudrait bien voir circuler cet Hyperloop : un système de tube qui vous projettera à 1500 km/h.

Ce qui veut dire Los Angeles-San Francisco en 30 minutes - contre 6h en voiture et 1h en avion - ou plus près de chez nous, Paris-Marseille en 40 minutes.

Il faut imaginer un tube avec à l’intérieur des petites capsules avec des sièges inclinés, un peu comme en business class . Et là vous vous retrouvez un peu dans la position d’une cartouche tirée d’un pistolet géant. Dans un premier temps, l’air est aspiré puis soufflé sur des coussins d’air. Et vous voilà propulsé sous vide.

Le premier train commercial pourrait circuler d’ici 2021 ou 2020.

Hyperloop
Hyperloop © Artwork Camilo Sanchez

Et, aussi étonnant que cela paraisse, ce ne serait pas forcément aux Etats-Unis… mais en Slovaquie !

Ce qui permettrait aux Slovaques de faire Vienne-Bratislava en 8 minutes..même chose pour Bratislava Budapest.

Le gouvernement Slovaque a signé un accord avec la firme américaine il y a 2 mois à peu près pour sceller un accord.

C’est vrai que les Slovaques pourraient être les premiers parce qu’ils ne sont pas confrontés aux même problématiques:

Pour les Américains relier San Francisco à Los Angeles par l’hyperloop, ça veut dire exproprier un certain nombre d’agriculteurs : c'est là le problème. Et puis cela veut dire aussi construire un système ultra sophistiqué sur une terre qui tremble régulièrement. C'est risqué. Sans compter le coût de l’investissement :

Pour l’Etat de Californie il est évalué à 17 milliards de dollars environ soit 15 milliards d’euros.

Et tout ça alors que les fondateurs font miroiter un billet de train à 20 dollars pour faire San Francisco-Los Angeles. On se demande forcément comment. En attendant, selon les informations de BFM TV, la SNCF, elle aussi aurait mis de l’argent au pot lors de la seconde levée de fonds d’une des deux sociétés qui développe la technologie. Une levée de fonds à 70 millions d’euros. La SNCF n’a pas voulu faire le moindre commentaire sur le sujet la semaine dernière.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.