Une enquête inédite réalisée par l'observatoire Amarok sur le sommeil des patrons de PME conclut qu’ils dorment mal et pas assez.

Sommeil polyphasique
Sommeil polyphasique © CC / Kristina Alexanderson

Les chefs de petites entreprises dorment moins pour travailler plus. Ils s'accordent en moyenne 6h30 de sommeil par nuit, quand un Français moyen, lui, dort 7 heures 05. Cela fait 35 minutes en moins tous les soirs, soit 3 heures en moins chaque semaine et 200 heures en moins à la fin de l'année. D'où une dette de sommeil.

De plus, 48% des chefs d'entreprise se plaignent de la mauvaise qualité de leur nuit.

C'est bien au-dessus de la moyenne puisque si vous prenez la population en général, 29% seulement souffrent des mêmes troubles.

Or tout cela n'est pas anecdotique, au contraire. Selon Florence Giuliani et Olivier Torres, les auteurs de cette étude sur le sommeil, l'impact est considérable sur la bonne marche de l'entreprise.

Olivier Torres est professeur à l'université de Montpellier et à l'EM Lyon et président de l'Observatoire français sur la santé des entrepreneurs :

Selon Olivier Torres, la fatigue des patrons jouerait sur la santé de leur entreprise. Plus l'entreprise est petite, plus le dirigeant est l'homme ou la femme-clé du dispositif, celui ou celle que vous allez croiser plusieurs fois par jour. Et donc la manière dont le dirigeant d'entreprise se traite ou se maltraite va avoir des répercussions directes sur la façon dont il voit ses salariés.

Comment celui qui ne s'arrête jamais va-t-il regarder l'employé qui prend un jour pour un rhume?

Enfin, il ne faut pas oublier que les PME sont la pierre angulaire de notre économie. On en compte 2,4 millions en France ; c'est 96% des entreprises françaises, soit 2 emplois sur 3. Donc il est d'autant plus important que leurs chefs soient en forme.

Y a t-il des pathologies propres aux patrons de PME ? Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ils ne sont pas abonnés aux crises cardiaques ou aux infarctus. Leurs nuits trop courtes vont se traduire par une fatigue généralisée, des somnolences, des maux de tête et des burn-out sur le très long terme. Enfin ils souffrent plus régulièrement de diabète, ce qui est dû au fait qu'en plus de négliger leur sommeil, les patrons veillent moins à leur hygiène alimentaire.

Très souvent un patron vous dira qu'il n'a pas le temps de tomber malade et d'une certaine façon, c'est vrai. Paradoxalement, diriger une PME, c'est certes s'exposer à un manque de sommeil, mais c'est aussi prendre son destin en main, être optimiste et endurant, dit l'enquête : deux qualités très bénéfiques pour la santé.

Pour que les chefs d'entreprises soient au maximum de leur performance, Olivier Torres leur recommande donc maintenant une discipline de base: la sieste.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.