Si vous possédez une tablette ou un smartphone, vous connaissez peut-être déjà l’univers de « Candy crush », ou Ruzzle, ce boggle en ligne qui permet de jouer connecté à d’autres: c’est du Gaming.

La tendance explose : selon une étude de l’IDATE, Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe, ces jeux sont même devenus un véritable moteur de croissance et d’emploi.

Ce matin Eric Delvaux, on va vous donner un surnom, vous êtes Rico 33 mais attention, vous êtes un roi. Vous êtes à la tête d’un village, vous avez des paysans qui travaillent pour vous, et votre objectif, c’est d’agrandir votre royaume. Vous construisez une mine d’or à partir d’élixir, vous allez donc au magasin acheter de l’élixir et puis tiens en plus de l’élixir Benh, vous achetez un canon… et le jour où vous êtes attaqué par des Gobelins, vous demandez aux copains de vous aider… voilà vous entrez dans le Clash of Clans. Jeu de gaming et de gamins qui fait fureur dans les cours de récréation.

Au départ, un jeu parfaitement gratuit, sauf si vous avez de grands besoin en élixir là, vous l’avez compris, c’est la carte bleue des parents qui chauffe.

Ce jeu, parmi bien d’autres jeux de gaming, génère d’immenses profits : aujourd’hui c’est bien simple, c’est un marché de 14 milliards d’euros dans le monde.

Boggle (gaming)
Boggle (gaming) © Radio France / jbernard

Un marché qui n’est pas cantonné aux cours de récrés, mais avec des femmes (entre 30 et 50 ans) de plus en plus nombreuses à jouer. Candy Crush saga, par exemple, c’est plus de 50 millions de téléchargements.

En France, vous trouvez par exemple cette petite entreprise d’Aix-en-Provence:Royal Cactus, dirigée par François Pacot. L’an dernier, il a lancé Jelly Glouton.

Et Aujourd’hui, il compte plus de 15 millions de joueurs à travers le monde, principalement aux Etats-Unis. Chiffre d’affaire de l’entreprise: plus d’1 million d’euros principalement dus à ce jeu. Toujours le même principe: 100% gratuit au départ, mais si vous êtes pressé d’acheter de nouvelles vies, c’est 1 euro le nouveau tour de piste. L’entreprise ne compte pas s’arrêter là. Le nouveau jeu Sleeping Wings est en phase de test sur Facebook, et Royal Cactus compte bien lancer une nouvelle application tous les 4 mois.

Au niveau des aides, la France a bien compris que la vidéo était devenue la première industrie culturelle devant le cinéma. Il existe donc des aides du CNC pour la création vidéo.

La start-up Royal Cactus n’y a pas eu droit.. en revanche elle a bénéficié du crédit d’impôt recherche.

Et puis, avec le statut de jeune entreprise innovante, elle a aussi eu droit à des abattements de charges…

En revanche, tout récemment Royal Cactus s’est également installé à Montréal où il a embauché 4 salariés.

Pourquoi le Canada ? Parce que là-bas les universités forment des ingénieurs informaticiens pointus sur les algorithmes des jeux vidéo. La France, elle, n’en forme pas assez. Dommage…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.