Une nouvelle menace de grève massive plane depuis celle qui a eu lieu le 25 juin dernier : celle des inspecteurs du permis de conduire. Trois syndicats appellent à une nouvelle grève la semaine prochaine.

Pour planter le décor, ce sketch de Jean Yanne et Lawrence Riesner en 1967 . Vous allez vite comprendre : les choses n’ont pas beaucoup changé. Normalement, ce serait plutôt aux apprentis conducteurs d’être en colère qu’aux inspecteurs :

« Revenez dans trois mois », c’est exactement ce que disent aujourd’hui les inspecteurs quand vous ratez votre permis pour la première fois. Le délai moyen pour un deuxième passage en France est calamiteux: 98 jours avant de retenter sa chance. C’est l’attente la plus longue en Europe.

Sans compter les cours supplémentaires engendrés par ce délai et donc les coûts supplémentaires . Un permis B peut vite s’envoler : 2.500 à 3000 euros.

Permis de conduire sur une enveloppe
Permis de conduire sur une enveloppe © angelique hayne

Quel est le problème en France?

A première vue, c'est incompréhensible, puisqu’il n’y a pas plus de candidats au papier rose. Environ 800.000 permis B accordés l’an dernier : c’est stable depuis plusieurs années.

D’abord, ce qui s’est passé, c’est une directive européenne : le temps de passage du permis de conduire est passé de 22 minutes à 30 minutes et les inspecteurs sont passés aux 35 heures il y a quelques années.

Ensuite, les inspecteurs du permis de conduire ne consacrent leur temps qu’au permis B : 43% de leur temps. Le reste se réparti entre les poids lourds et les motos.

Le gouvernement a fait une série de propositions

Vous l’aurez compris, il s’agissait de libérer du temps aux inspecteurs pour qu’ils fassent passer plus de permis B.

En rebaissant le temps de passage du permis de 35 à 32 minutes (depuis le 1er septembre), le ministère de l’Intérieur a calculé en juin dernier que cela permettait de faire passer 117 500 places supplémentaires.

Deuxième décision appliquée dès le 1er août : faire en sorte que les inspecteurs ne surveillent plus le passage du code, ce qui ne demande pas d’aptitudes particulières. Ce sont donc des gendarmes à la retraite qui s’y collent. L’idée étant de privatiser le code à partir du mois de juillet 2015.

Que demandent les inspecteurs ?

Ils veulent des embauches supplémentaires : 150 à 200 personnes.

Ils ne veulent surtout pas qu’on les affecte principalement sur le Permis B , qu’ils estiment moins valorisant à faire passer qu’un permis poids lourd.

Mais ce mécontentement est à mettre en relation avec un autre chiffre : savez-vous combien de personnes roulaient sans permis en 2011 ? 500 000 !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.