Une fois n’est pas coutume, nous allons parler de ce qui marche extrêmement bien en France : les programmes audiovisuels français.

Le CNC a dévoilé ses chiffres : ces programmes télé français ne se sont jamais aussi bien vendus à l’étranger. L'an dernier, c’était même un succès historique.

Je vais vous parler d’excellence française à l’image de sa gastronomie, de ses vins, de ses sacs de luxe fabriqués avec le plus grand soin, de ses créateurs de mode. Et dans le domaine de l’audiovisuel, le fin du fin, c’est ça:

Les Lapins Crétins , comme celui-ci qui a collé son pied sur un chewing-gum, ça va nous occuper tout un épisode.

Je vois que vous avez soif de découvertes ce matin ! Allez, un dernier pour la route, Sally Bollywood :

Au total, merciSally , les Lapins Crétins ou encore Sonic Boom , 2014 a été l’année record de vente de programmes: 210,3 millions d’euros de ventes et de préventes. Soit 17% d’augmentation par rapport à l’année 2013.

Qui achète les programmes français ?

Les Allemands. Il faut croire que les Français arrivent à les détendre et à les faire rêver. L’Allemagne est la première à nous acheter du Lapin Crétin entre autres… L’an dernier, elle acheté pour 23 millions d’euros de programmes audiovisuels français, soit 39% de plus que l’an dernier… Alors évidemment, dans le caddie allemand, on ne trouve pas que les petites créatures ahuries…il y a aussi de nombreux documentaires.

Et puis, au-delà de l’Allemagne, vous avez globalement toute l’Europe de l’Ouest qui est acheteuse. Ainsi que l’Amérique du Nord.

Qu’est-ce qui distingue les productions françaises de celles des autres pays ?

Il existe bien une «French Touch », une narration originale, une poésie qui s’exprime évidemment plus sur les longs métrages que sur les dessins animés que je vous ai cités plus haut. Ces dernières années,Les Triplettes de Belleville ou Les Minions évidemment, ont excessivement bien marché aux États-Unis par exemple.

La clé réside dans sa formation aux métiers de l’animation. Ses écoles nombreuses mais aussi prestigieuses commeL'École des Gobelins . Beaucoup d’étudiants français se voient ainsi proposer un contrat chez Pixar ouDreamworks à la fin de leurs études. Peut-être une piste pour ceux qui cherchent une orientation cette année !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.