En cette journée internationale des droits de l’Homme, vous avez choisi de nous emmener au Congo, pour nous rappeler qu’historiquement, les banques ont aussi contribué, un temps, à l’amélioration de ces droits.

Certes, on n’est pas au Congo, mais au Far West. Far West, Diligences, Argent Liquide transporté d’une ville à l’autre, braquages sur la route et victimes bien avant la ligne d’arrivée.

Pourquoi ce détour par le grand Ouest américain ? Parce qu’à bien des égards, le même genre de scénario (sans les diligences) se répète encore aujourd’hui dans la jungle congolaise.

Minibus à Pointe-Noire, Congo
Minibus à Pointe-Noire, Congo ©

Au Congo, peut-on lire cette semaine dans The Economist , quand vous êtes fonctionnaire et que vous voulez récupérer votre salaire à la fin du mois, vous vous rendez dans la ville la plus proche. Parfois plus d’un millier de kilomètres de distance, puisque le pays fait la taille de l’Europe de l’Ouest.

Rendez-vous dans une école, sur un terrain de foot ou une église.

Et c’est là que vous attendez le convoyeur de fonds, l’homme de Kinshasa, la capitale. C’est lui qui vous remet là des liasses de billets. Souvent, pas autant que ce vous escomptiez. Et quelquefois, rien du tout.

Avec des détournements qui évidemment alimentaient l’un des régimes les plus corrompus au monde…

Mobutu Sese Seko aimait bien, de temps en temps, faire affréter un Concorde pour un aller-retour shopping à Paris..

Les Congolais ont d’ailleurs fini, avec beaucoup d’humour, par rajouter un article 15 à leur Constitution: « Débrouillez-vous, vous êtes seul ».

D’où cette initiative du gouvernement, il y a 3 ans : encourager les fonctionnaires à ouvrir des comptes en banque. Pour que leur salaire y soit directement transféré. Aujourd’hui, ils sont environ 670 000 à posséder un compte en banque.

Ce qui ne règle pas, entre nous soit dit, le problème de l’acheminement. Ce sont maintenant les banques qui, à l’aide d’escortes armées, convoient les fonds de manière encore très risquée : à moto, en canoë ou même à pied.

Depuis janvier dernier, il y a donc eu une dizaine d’attaques. Dernière en date : septembre, 13 morts.

L’étape suivante, est donc de mettre en place un vrai système de crédit pour une population entre 60 et 80 millions de personnes qui, à terme, pourront être tentés par des produits d’assurance et des transferts par le biais de leur portable, par exemple.

Quoi qu’il en soit, dans le cas du Congo, on voit que la première pierre de l’édifice bancaire est passée par la classe moyenne. En France cela n’a pas échappé à Orange. Par le biais d’Orange Money, l’opérateur vise, d’ici 2020, 200 millions de chiffre d’affaires via ses services financiers sur le continent Africain.

Pas une conquête de l’Ouest. Mais une conquête du Sud.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.