Le groupe français Pyrex, endetté, en perte de vitesse, vient d’être racheté et l’on pourrait même dire « sauvé », par le fond d’investissement américain Aurora.

Et pourtant, quelle belle invention le Pyrex. Vous savez, ce sont ces plats à tarte, ramequins, cocottes, capable de tenir un choc thermique à 220 degrés: ce sont des poêles des casseroles, et même des hublots de machine à laver. Avec une ambition affichée dans une publicité il y a quelques années : faire du plat en pyrex l’achat coup de cœur. Vous achetez petit pull pour se faire plaisir ? Et pourquoi pas un plat en Pyrex !

On n’en est pas encore au dressing en Pyrex, mais l’entreprise est sauvée. Et c’est le soulagement pour les 400 salariés de l’usine de Chateauroux, dans l’Indre. Ce rachat de Pyrex au groupe français Arc signifie que sa dette de 500 millions d’euros va pouvoir se résorber.

Mais il faut tempérer l’enthousiasme car la concurrence est toujours aussi rude en Europe sur un marché saturé. Il y a par exemple les Anglais de chez Joseph Joseph, qui ont fait du couteau de la salière et de la poivrière des objets design par excellence, et puis à l’autre bout de l’échiquier, sur le créneau du bas coût, les Chinois ou les Turcs.

Entre les deux, donc, il y a Pyrex, qui ne veut surtout pas se considérer comme passé de mode.

Les innovations de Pyrex, ce sont par exemple le 4 en 1 : vous passez votre plat en pyrex directement du congélateur au four. Ou encore le panier de cuisson vapeur. Deux jolies pièces à ranger aux côté de vos pulls en cachemire !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.