Le marketing participatif, c’est le nom d’un concept innovant mis en place par le Club Med pour dessiner l’un de ses nouveaux villages.

Imaginez que vous allez séjourner dans un village vacances dont vous avez choisi le nom, et que vous avez également eu votre mot à dire sur la nationalité du chef qui opère en cuisine ainsi que les menus proposés sur la carte.

Voilà ce que le Club Med de Val Thorens a proposé à 1,2 million de fans sur Facebook. Pendant 3 mois, de janvier à avril dernier, les aficionados du Club Med ont eu le loisir de choisir entre « Val Thorens Titanium » et « Val Thorens Sensations » (c’est Sensations qui l’a emporté). Ils ont également donné leur avis sur la décoration. 5.000 personnes se sont prêtées aux jeux de la page créée spécialement sur Facebook pour l’occasion, appâtées par un séjour tout compris au Club pour deux personnes, et qui a finalement été gagné par une Canadienne (les 50 suivants ont eu droit à un tee-shirt…).

Le Club Med n’est pas la seule marque à utiliser ces méthodes . Il y a par exempleDanone , qui chaque année vous propose d’inventer une nouvelle saveur pour sa Danette. C’est grâce à ce marketing participatif que vous pouvez trouver en rayon une superbe Danette crème brûlée, par exemple.

Il y a même des communautés de consommateurs qui testent des objets ou de la nourriture diverse et variée, comme TRND. Et cette tendance a de fortes chances de croître et de prospérer.

Selon une étude Edelman 8095, il y a deux ans, participer à la création de produits et de marques serait même une demande de la génération Y.

S’en remettre au consommateur pour le marketing, c’est une véritable économie pour les sociétés qui le proposent.

D’abord, en termes de recherche et développement.

C’est aussi une façon de s’assurer de la fidélité de la clientèle.

Mais cela peut aussi se retourner contre vous: c’est la marque Chevrolet qui l’a appris à ses dépens. Elle a lancé une campagne YouTube pour que les internautes lancent son gros 4x4 Tahoe. Un certain nombre en ont profité pour dénoncer la course à la toujours plus grosse cylindrée. Finalement, la vidéo la plus regardée pointait du doigt la pollution de l’engin. Echec de communication et de marketing, donc, sur toute la ligne.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.