Pour la première fois de son histoire, la France va les acheter à l’étranger. L’armée a lancé un appel d’offre pour remplacer le Famas, ce fusil d’assaut d’anthologie.

France. Le 1er Régiment d'Infanterie de Sarrebourg est la 1ère grande unite francaise entièrement équipée du systeme FELIN.
France. Le 1er Régiment d'Infanterie de Sarrebourg est la 1ère grande unite francaise entièrement équipée du systeme FELIN. © Arnaud Beinat/MAXPPP. 2011/01/19

Imaginez un appel d’offre ainsi rédigé: « La DGA, Direction Générale de l’Armement achète 90 000 fusils d’assaut, 38 millions de cartouches, 92 000 grenades. Prière d’honorer la première livraison en 2017 ».

A quelques nuances près, c’est l’appel d’offre lancé en mai dernier par le ministère de la Défense.

Les stocks de Famas s’épuisent et il faut les remplacer.

On n’entendra donc bientôt plus ces tirs nourris sur les théâtres d’opérations extérieures : après 40 ans à sillonner le monde de l’Afghanistan au Mali, le Famas arrive en fin de carrière. Le Ministère veut les remplacer par une AIF, une Arme Individuelle du Futur.

Pourquoi aucun Français n'est sur les rangs pour essayer de remporter un contrat pareil ?

Parce que l’appel d’offre contient deux critères qui bloquent toute offensive française :

  • l’entreprise sélectionnée doit réaliser un chiffre d’affaires minimum de 80 millions d’euros depuis trois ans et produire l’arme dans l’Union Européenne.

  • l’arme doit déjà exister.

Or aucune entreprise française ne remplit ces critères:

Soit elles produisent ces armes mais n’atteignent pas le chiffre d’affaire. Soit elles ne les produisent pas encore, ce qui les exclut de la bataille.

Quant à la marque Famas installée en Rhône-Alpes, elle ne fabrique plus l’arme en question.

En 2001, Giat Industries, repreneur de la manufacture des armes de Saint-Etienne, a aussi fermé les ateliers de munitions du Mans.

Qui sont les candidats qui tiennent la corde pour remplacer le Famas?

Les Allemands avec leur HK 416, les SCAR de la FN Herstal Belge et les Italiens avec l’ARX de Beretta. Les Italiens semblent plutôt bien positionnés, d’autant qu’ils promettent à travers leur filiale BDT, Beretta Defense Technologies, de créer des emplois en France. Il faudra juste éviter d’entrer en guerre avec les Italiens dans les prochaines années.

On connaîtra le vainqueur de cet appel d’offre en décembre 2016.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.