Modernité ne rime pas toujours avec intimité, car les informations les plus personnelles que vous rentrez dans certaines applications de votre I-Phone sont extrêmement convoitées.

Vous souvenez-vous ? C'était le 19 août dernier à l'Elysée, séminaire de rentrée pour le gouvernement: la France de 2025. Anne Lauvergeon l'ancienne patronne d'Areva faisait partie des convives, et sur le perron, elle explique son idée de l'avenir:

Vous voyez j'ai un petit bracelet à la main. C'est formidable, ça vous dit combien de temps vous avez dormi, votre activité physique.. L'Internet des objets va complètement changer notre vie.

On ne va pas expliquer à Anne Lauvergeon qu'elle n'a pas besoin d'un bracelet pour ça, mais qu'il existe déjà une centaine d'applications de ce type pour I-Phone…

smartphone
smartphone © CC MIKI Yoshihito

Vous avez le podomètre qui compte vos pas jusqu'au bureau, le cardio pour dessiner votre courbe d'effort sur la semaine, vous savez combien d'heures de sommeil il vous manque... Et vous pensez que vous allez pouvoir garder ces informations confidentielles rien que pour vous ?

Et bien non. Vos performances intéressent beaucoup, beaucoup de monde.

- Qui est intéressé par ces données personnelles ?

Les applications les plus populaires aux Etats-Unis, celles qui font le décompte des calories que vous brûlez quand vous faites votre le footing, Map my fitness, My plate, Everyday Health, transmettent toutes les informations à plus de 70 entreprises.

A des agences de publicité bien sûr, dont certaines appartiennent à Google. C'est une association de consommateurs californienne, Privacy Rights Clearinghouse qui a mené l'enquête auprès de 43 applications d'IPhone.

Conclusion :

Le consommateur ne doit pas supposer que les informations qu'il rentre dans l'application de son I-Phone sont privées, y compris les informations de santé qui concerne l'intimité.

  • Jusqu'où cela peut-il aller ?

Certains développeurs sont en plein dilemme sur le type d'informations qu'ils vont fournir. il existe par exemple une application qui s'appelle I-Period, qui enregistre les données sur vos règles. Si vous rentrez dans l'application que vous avez mal à la tête, vous pourrez très bien recevoir une pub pour un médicament qui vous soulage à ce moment là.

  • A quoi servent ces informations ?

Aux compagnies d'assurance. Si vous vous essoufflez un peu trop vite, hop on augmente vos tarifs ! Mais dans le cas contraire, si vous trottez comme un cabri, vous aurez droit à des réductions ou des voyages gratuits. Cela existe déjà aux Etats-Unis.

  • Que répondent les compagnies d'assurance?

Qu'elles contribuent au bien commun. Qu'il n'y a pas meilleure motivation que l'argent pour rester en forme. Et que c'est même salutaire pour certains types de population qui seraient tentées de se laisser aller.

Vous voyez, le futur est à portée de main, ou plutôt à portée de poignet, nous dit Anne Lauvergeon. Internet partout tout le temps va complètement changer notre vie… mais pas forcément pour le mieux.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.