Le 12 janvier Barak Obama prononcera comme chaque année son discours sur l’état de l’Union.

Moins d’une semaine après ses larmes lors de la présentation de son plan pour contrôler les armes à feu,

j'ai regardé les actions des principales grandes marques de pistolets fusils et autres armes de poing: elles ont fait un véritable bond.

Mardi dernier Barak Obama évoque une à une les fusillades qui ont émaillé son dernier mandat.

Quand il arrive à celle de Sandy Hook - 20 enfants abattus dans une école par un déséquilibré en décembre 2012 - Barak Obama pleure sous les crépitements des appareils photos.

"A chaque fois que je pense à ces enfants ça me rend dingue. Ah et au fait ça arrive tous les jours dans les rues de Chicago."

The Guns of Will Sonnett
The Guns of Will Sonnett ©

Autre séquence, un peu plus tard le même jour, sur le plateau de la chaîne de télévision CNCBC, l’émission économique. Voici Louis Navellier, le nom sonne français mais c’est un Américain pur jus, un vrai businessman qui a réussi, les cheveux blancs, la tête carrée, ses actifs dans les firmes américaines valent plus de 2 milliards. Il passe en revue son portefeuille d’actions

Ce jour là il est très content, Navellier, parce qu'il a dans son portefeuille deux noms qui font des étincelles:

Smith et Wesson et Sturm Ruger.

Et grâce à qui, explique Louis Navellier, grâce à Barak Obama:

Barak Obama, intronisé meilleur VRP des armes à feu au monde.

Car oui, c’est culturel, argumente Navellier, "moi j’habite dans le grand ouest, quand j’ai acheté ma maison j’avais un stand de tir dans ma cave". C’est comme ça l’ouest américain: à chaque maison, son stand de tir.

Barak Obama qui a pourtant annoncé un durcissement des lois concernant les armes à feu sevirait la cause des armuriers, selon Louis Navellier.Parce qu’à chaque nouvelle fusillade, chaque nouveau débat, chaque nouvelle polémique, les chasseurs, les amateurs de tirs et tous ceux qui sont inquiets pour leur sécurité, anticipent un durcissement de la loi.En achetant une arme.

Cela a été vrai cette année, après le 13 novembre - même si le drame a eu lieu en France - après le carnage de San Bernardino en Californie le mois dernier, et donc la semaine dernière à la suite des annonces sévères de Barak Obama, les cours de bourse font un carton.

L’an dernier en 2014, lors du Black Friday, le jour des soldes géantes, les Américains ne se sont pas rués sur les télévisions ou les ordinateurs non ils se sont rués vers les fusils de chasse.

A chaque nouvelle fusillade, à chaque nouveau débat, et à chaque nouvelle polémique sur les armes à feu, les cours de bourse de Smith et Wesson et Sturm Ruger explosent.

Depuis 2009 et l’élection de Barak Obama, les cours de bourse des armuriers ont pris plus 900 pour-cent pour Sturm and Roger et Smith et Wesson. La semaine dernière Smith et Wesson a prévenu Wall Street.

En 2016, ses ventes vont dépasser les 650 millions de dollars, 595 millions d’euros.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.