Les pays en pointe sur les énergies renouvelables ne sont pas forcément ceux qu'on croit: l'Ethiopie, par exemple est à la pointe, et achète même des éoliennes françaises.

La ferme éolienne d’Ashegoda, en Ethiopie
La ferme éolienne d’Ashegoda, en Ethiopie © Radio France / Grégoire Pourtier

L'image est à couper le souffle. Un désert aride et jaune à 2500 mètres d'altitude, quelques paysans derrière des ânes, et plantées là, près d'une centaine de turbines blanches de 80 mètres de haut. C'est la ferme d'Ashegoda, dans le Nord de l'Ethiopie, première ferme éolienne de référence sur le Continent africain un gigantesque champs ultra moderne, un marché de 200 millions d'euros dans un des pays les plus pauvres au monde, décroché par une entreprise française.

Elle s'appelleVergnet, et son président : Jérôme DOUAT :

L'Ethiopie choisit l'énergie verte pour trois raisons:

  1. ses ressources naturelles

  2. les possibilités d'exportation

  3. sa croissance

En fait les vents soufflent très fort en Ethiopie. Ce sont des vents à 10 m/seconde, ils passent au dessus de Djibouti sans être freinés pour atteindre les plateaux du Tigré, donc les capacités sont énormes. Ensuite, l'Ethiopie est aussi à la source de nombreux fleuves et rivières africains le pays est donc le bassin hydraulique de toute la région. Il a développé de nombreuses centrales hydroélectrique et vend l'énergie à ses voisins à Djibouti, au Soudan ou encore au Kenya. L'idée c'est donc de faire la même chose avec les éoliennes.

Enfin, le pays connaît une croissance robuste depuis une dizaine d'années avec un taux de croissance à 10%, il a donc aussi besoin d'une énergie moins chère pour sa propre consommation.

Même si l'énergie produite est moins chère, les Français ne s'inspirent pas de ce modèle éthiopien. Or les machines sont de plus en plus performantes, le courant maintenant de très bonne qualité et pas si cher, clament ses défenseurs. Mais, la France a choisi le nucléaire, au kilowatter toujours réputé moins coûteux : environ 11 à 12 centimes.

Reste qu'un certain flou entoure le vrai prix de l'énergie nucléaire. Certains réclament donc de pouvoir faire évaluer le coût de cette énergie par une autorité indépendante. Pour que la France s'inspire un jour, pourquoi pas, du modèle Ethiopien auquel une de ses entreprises a contribué…

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.