Aujourd’hui se réunit toute la journée à Fontainebleau une communauté hors du commun: celle des Hénokiens. Un groupe de patrons très fermé, peu connu et très discret, qui promeut des valeurs à contre-courant aujourd’hui: celles de l’entreprise familiale.

Quel est le point commun entre Peugeot, les pistolets Beretta et le cristal de Murano ? Elles se sont toutes transmises de père en fils et font donc partie de la communauté des Henokiens.

Pour cela, ces entreprises ont quatre points communs:

  • Elles ont toutes plus de 200 ans d’existence

  • Elles sont toutes dirigées par des descendants du fondateur

  • La majorité du capital est encore détenue par la famille d’origine

  • Elles sont en bonne santé financière.

La longévité, la réussite en famille, la transmission… Ces valeurs peuvent paraître désuètes, mais ce sont bien celles qui ont permis aux entreprises de la communauté de se coopter hénokiennes.

Christophe Viellard est hénokien, et voici ce que ces valeurs représentent pour lui :

Ces entreprises d’un autre temps ont survécu à la mondialisation grâce à leur excellence et à leur spécialisation. Reprenons l’exemple de la maison Viellard que l’on vient d’entendre : cette « société de famille » comme l’appelle Christophe Viellard, est née en 1796. C’était une forge. L’entreprise s’est mise à vendre des vis, des boulons, des hameçons… Aujourd’hui, c’est une multinationale, une holding qui contrôle une société de pêche de 3000 personnes à travers le monde parce que sur les hameçons, elle est la seule à maîtriser une technique dans laquelle elle a persévéré pendant deux siècles. Et sur l’autre volet de son activité, toujours dans les boulons et les vis : elle fournit les plus grands noms de l’aéronautique et de l’automobile.

Autres exemples : Beretta (la même réussite mais en matière de canon) ou plus pacifique, Mlle Rose (400 ans qu’elle fournit les rideaux de Buckingham Palace ou de Versailles).

Quelle est l’influence des Hénokiens sur la vie économique en France? L’objectif de ces entreprises n’est pas forcément de se rendre service, ou de créer des alliances, d’autant que certaines sont directement concurrentes.

Avant tout pour s’échanger des idées, prospérer, durer sur le même territoire.

En somme, il s’agit pour tous de connaître le même destin qu’Hénoch, l’un des grands patriarches de la Bible appelé aux Cieux à l’âge respectable de 365 ans après une vie sur Terre bien remplie.

Il fallait bien un immortel comme bonne étoile pour ces entreprises qui ne meurent jamais.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.