C’est un secteur qui ne connaît pas la crise: le marché mondial de la nourriture et des produits de santé pour animaux. Selon une étude de la société Euromonitor, cela représentait 54 milliards d'euros en 2013.

Simon's Cat
Simon's Cat © Simon's Cat

Si le consommateur se sert la ceinture en faisant les courses, il ne le fait pas pour son animal de compagnie. Toujours d'après l’étude Euromonitor, le chiffre de 54 milliards d’euros est en croissance de 6% par an et dépassera les 100 milliards de dollars dans 5 ans.

Saviez-vous par exemple que Nestlé, le leader mondial de l'agroalimentaire, vendait autant de capsules Nespresso, de Nescafé et de soupes Maggi que de croquettes ?

Ces croquettes et les pâtées ont même été le plus fort moteur du groupe l'année dernière en 2013: en croissance de 6,8%, ce qui lui a rapporté 9,2 milliards d'euros.

Le consommateur cherche invariablement ce qui va faire plaisir à son animal de compagnie et l'anthropomorphisme n'est jamais très loin.

Maintenant, vous pouvez donc acheter les boulettes de viande adaptées au pedigree de votre chien. Et puisqu'un teckel n'engloutirait pas la même chose qu'un dalmatien, il y a donc des produits pour « mini-chiens » pour « senior âgé de 10 ans et plus ». Vous trouvez même des croquettes spéciales « chat stérilisé », « chat sensible », « chat d'intérieur » que certains ont même rebaptisé « tigre de salon ».

Pour peu que votre animal soit raffiné ou gourmand, comme le suggèrent certaines publicités, voici de quoi le satisfaire avec des coffrets traiteur, des recettes du chef, des « double délice », sans compter que sont apparus les snacking, le « goûter » en quelque sorte, des biscuits cuits au four ou des bâtonnets.

Enfin, il y a un domaine qui prospère en parallèle, c'est celui de la santé, avec des produits qui réduisent le tartre sur les dents de toutou, qui lui font le pelage lisse et brillant, la peau saine, etc.

Et quand, par malheur, l'animal doit être soigné, la facture du vétérinaire s'allonge encore un peu avec des croquettes spécialisées pour la convalescence, vendues à prix d'or.

Pourtant, les industriels sont confrontés à plusieurs défis « majeurs ». Les croquettes ont le vent en poupe, mais plus les pâtées. Cette tendance fragilise donc sérieusement les 360 salariés de Continentale Nutrition à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, qui fabriquent ce qu'on appelle de la « nourriture humide ».

Et d’autant plus que sa filiale de Villeneuve-sur-Lot, Pet Food, vient d’être placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Agen.

Autre enjeu, mais comme dans tout le secteur agroalimentaire: la pression sur les prix des enseignes de la grande distribution.

Cela dit, il y a peut-être un espoir de pouvoir diversifier encore les produits pour animaux: figurez-vous que le nouveau mal qui touche les chiens et les chats est l'obésité. Une aubaine pour commercialiser des régimes, non ?

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.