Samedi et dimanche prochain, à Brisbane, en Australie, se tiendra le sommet du G20. Une étape que l’OCDE souhaite décisive en matière d’évasion fiscale. Mais pas sûr que les Etats suivent.

OCDE
OCDE © Reuters / Vincent Isorel

Les Etats veulent-ils vraiment plus de transparence, dans l’intérêt de leurs contribuables? Dans quelle cour jouent-ils? Celle des multinationales ou celle des citoyens imposables?

Voici un document qui lève le voile sur certains double discours. Il émane d’EURODAD, European Network on Debt and Development, qui regroupe une petite cinquantaine d’ONG. Le réseau a comparé les mesures prises dans 15 pays européens pour lutter contre l’évasion fiscale.

Et les cancres ne sont pas forcément ceux qu’on croit.

Alors que l’impôt sur les sociétés et plus que nécessaire, les multinationales continuent d’échapper à l’impôt en Europe.

Au Luxembourg et aux Pays-Bas, c’est connu, mais aussi -on le sait moins- en Allemagne et en Suède. On y manque souvent d’information sur les propriétaires réels de leurs entreprises, et c’est justement cette opacité qui permet aux fraudeurs de croître et de prospérer, en transférant leurs bénéfices ailleurs.

Un mauvais point en particulier pour l’Espagne mais aussi pour la France. L’Espagne parce que la semaine dernière, elle a réussi à négocier d’importantes réductions de taux d’imposition avec les pays en développement, ce qui veut dire que ces derniers vont sérieusement perdre en revenu.

Mais la France ne s’est pas illustrée par une grande transparence non plus ces deniers temps. Dans le nucléaire (au Nigéria par exemple) ou dans le secteur de l’extraction de minerais, la France cherche également à faire baisser ses frais.

Et on ne parle pas de Michel Sapin qui freine des 4 fers pour taxer les transactions financières alors que son homologue allemand essaie de donner l’élan.

Enfin, un dernier élément peut faire douter de l’efficacité de cette grande refonte du système fiscal international.

Le souci, c’est que les négociations se déroulent dans deux forums distincts: celui de Brisbane, qui réunit les pays riches, mais aussi lors d’un autre au siège de l’ONU à New York pour préparer la conférence d’Addis Abebba, qui lui va réunir les riches et les pauvres…

On a déjà vu plus pratique pour prendre des décisions.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.