Le Forum économique mondial à Tianjin, en Chine, dit « Davos de l’été », a commencé le 10 septembre et se termine aujourd’hui. Plus de 1600 hommes d’affaires et capitaines d’industrie réunis dans un contexte plus que tendu.

Ce que vous entendez là c’est le jingle de la CCTV, la télévision chinoise.

En ouverture du journal, cette déclaration du Premier Ministre Chinois, Li Keqiang, à l’attention des entreprises étrangères. « Si, si la Chine aime l’entreprise étrangère. Vous êtes toujours les bienvenus, la Chine va vous ouvrir la porte encore plus grand. »

Le Premier Ministre Chinois veut rassurer les investisseurs étrangers. Parce qu'il y a un doute !

vers un rééquilibrage des relations économiques entre la chine et la france
vers un rééquilibrage des relations économiques entre la chine et la france © reuters

Dans tous les secteurs, l’automobile, l’informatique, l’agroalimentaire, l’optique… les industriels se sont sentis indésirables en Chine quand ils n’ont pas tout simplement subi le supplice chinois.

Depuis des mois maintenant, les autorités de la concurrence à Pékin lancent des enquêtes tous azimuts, 1 groupe sur 2 y a eu affaire.

Microsoft, accusée de pratiques anticoncurrentielles a été perquisitionnée il y a 2 mois.

Apple a subi l’opprobre de la presse, traité de voleur de secrets d’Etat.

Danone aussi est dans le collimateur. Dans l’automobile, une pluie de sanctions s’est abattue sur les grandes marques occidentales.

La Chambre de commerce sino-américaine s’en est donc inquiétée et a lancé une enquête.

__

La Maire de Paris Anne Hidalgo reçoit aujourd’hui les grands investisseurs chinois à l’Hôtel de Ville à l’occasion du 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

Conclusion : 86% des entreprises américaines sont retrouvées aux prises avec les lois anti trusts chinoise et 30% d’entre elles craignent d’être prise pour cible.

Même chose côté européen: 60% des entreprises se sentent moins bienvenues en Chine qu’avant.

Les entreprises occidentales ont raison de se méfier.

Oui parce que les Chinois ont un double intérêt à s’en prendre aux groupes étrangers. Politique d’abord : en mettant en difficulté les entreprises étrangères sur leurs tarifs, les autorités chinoises les obligent automatiquement à faire baisser leur prix. Et quand il s’agit de produits de première nécessité comme le lait en poudre, la mesure est immédiatement populaire.

Intérêt économique ensuite : ces mesures antitrust encouragent forcément la population à consommer chinois, tout en dégageant les concurrents.

Après le petit village gaulois, voilà le grand village chinois qui se met à résister.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.