Retour sur la polémique déclenchée par Dolce Gabana. La maison de luxe italienne a publié sur son compte Instagram les premières images de sa collection Hijab et Habayas.

Mode islamique
Mode islamique ©

Il n’est pas impossible que dans les années qui viennent on vous demande d’où vient votre si jolie habaya. Et ça ne voudra pas dire que vous vous êtes convertie à l’Islam.

Avec sa nouvelle ligne de habaya très joliment découpés, habillés de motifs de fleurs subtils, Dolce et Gabbana vient de lancer la mode et le plus gros fashion buzz de la planète : 57 000 likes et plus de 4000 commentaires. Gronde sur les réseaux sociaux, gouffres d’incompréhensions, de peurs, d'inquiétudes et d'impatiences aussi, pour ces nouveaux vêtements. Tout un symbole, alors même que vient de disparaître André Courrèges, le chantre de la mini jupe et du pantalon pour femme.

Et la marque de luxe n’est pas seule sur le créneau . Il y a bien sûr un nombre important de start up américaines qui vendent déjà au-delà de la communauté musulmane.

Les marques de prêt-à-porter s’y sont également mises. Uniqlo a suivi et en septembre dernier, H&M.

Dans la dernière campagne de pub d’H&M c’est Iggy Pop qui vous autorise tous les interdits:

Et c’est sur ces images de chic que l’on voit la nouvelle égérie d’H&M, le mannequin Maria Idriss, 23 ans, la première à porter le hijab pour H&M. Slogan: « Dress however you like. Just be charitable. » Portez ce que vous voulez mais soyez charitable.

Que ce soit le luxe ou les marques populaires, elles ne s’y sont pas trompées : il y a un marché à prendre.

Jusqu’ici le marketing ciblait les musulmans pour les produits financiers et alimentaires. Sauf que l a mode dans le monde musulman devrait peser 484 milliards de dollars soit 446 milliards d’euros en 2019, chiffre du rapport "Global Islamic Economy". Il y a un marché effectivement pour les femmes musulmanes jeunes et modestes, de plus en plus nombreuses et une cible donc aussi chez les non musulmanes.

Vous l’aurez compris la moralité que cherchent maintenant à véhiculer les fabricants de mode c’est: l’habit ne fait pas le moine. Et le hijab ne cache pas forcément une jihadiste…

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.