Aujourd’hui s’ouvre à Annecy le festival du film d’animation. Un des plus grands rendez-vous du secteur au monde, et aussi... un énorme bureau de recrutement.

Festival d'Annecy 2016
Festival d'Annecy 2016 © DR festival d'Annecy 2016

Le festival d'Annecy, c'est 9000 personnes accrédités : un des plus grands rendez-vous du secteur au monde. Ce que l’on sait moins en revanche c’est que ce festival est aussi un énorme bureau de recrutement.

Aujourd’hui à partir de 10 heures, l’Imperial Palace à Annecy va se transformer en véritable ruche. Dans ses salons privés, 600 candidats dessinateurs-animateurs vont défiler, qui n’auront pas un regard pour le lac d'Annecy  qu’on peut admirer par les fenêtres. Ces candidats chercheront avant tout à capter le regard et l’attention des recruteurs envoyés par Pixar, par Disney, et des dizaines et des dizaines d’autres maisons de production venus de plus de 80 pays.

Parallèlement aux projections de dessins animés qui vont durer toute la semaine, il y aura une soixantaine de sessions d’entretiens d’embauche, sessions au cours desquelles les candidats vont présenter leur book sur tablette, affronter les questions des producteurs pendant trois voire six heures d’affilée.

Objectif des studios : trouver les talents qui seront derrière les planches des nouveaux Cars, du prochain La Reine des Neiges, les nouveaux Minions, rapporteurs de millions.

600 personnes présélectionnées parmi 3000, pour 100 postes à pourvoir à Los Angeles et ailleurs. C’est le double de l’année dernière : les candidatures ont augmenté en flèche. Comme les accréditations au festival d’ailleurs : 9000 cette année contre 7000 l’an dernier.

Affluence record pour deux raisons :

  • Le crédit d’impôt international qui permet aux entreprises étrangères de bénéficier de remises de taxes, ce qui a grandement relancé l’activité en France. 
  • Et la réforme du compte de soutien à l’industrie des programmes audiovisuels, le COSIP, qui, là encore, rendrait les Français plus compétitifs.

Pour illustrer les bienfaits du crédit d’impôt international, un exemple parlant, c’est Illumination Mac Guff. Les Américains se sont installés dans le 15ème arrondissement à Paris.

La bande-annonce du prochain film du studio MacGuff, Comme des bêtes :

Pour ce qui concerne les aides du COSIP, elles tendraient à avoir l’effet de faire revenir les Français en France, et à développer l’activité dans l’hexagone. Un exemple : Xilam Production, studio qui a fait Lucky Luke et possède déjà une adresse à Paris, va en ouvrir deux supplémentaires, à Lyon et à Angoulême. Une mesure, positive donc, et qui engendre de l’activité.

Affiche du Festival d'Annecy 2016
Affiche du Festival d'Annecy 2016 / DR festival d'Annecy
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.