Après "Bla bla Car", le site de covoiturage pour partager et la fatigue et le coût d'un trajet en voiture, voici le "partage" des loisirs et des vacances.

Page du site Airbnb
Page du site Airbnb © Radio France / JB

Qu'est-ce que vous faites les 28 et 29 septembre prochains ? Vous ne voulez pas venir avec moi grimper "la dent du géant" dans le Massif du Mont-Blanc ? On prend le train de nuit le vendredi soir à Chamonix, on repart le dimanche ; c'est 160 euros. Ce n'est pas mon défi, c'est celui de Deborah sur le tout jeune site de TripnCo, une start-up française. A travers ce site, elle va constituer un groupe pour partir avec elle.

D'abord vous identifiez votre tribu: kitesurfer, voileux, fêtard, footeux, plongeurs, épicuriens, campeur etc. Vous montez votre projet ou vous vous inscrivez au projet d'un autre.

L'avantage, c'est de pouvoir bénéficier de tarifs de groupe : c'est ça l'économie collaborative. Ensuite, le site peut vous mettre en relation avec les tours opérateurs du pays qui vous intéresse. L'objectif de TripnCo étant, à terme, d'arriver à des partenariats avec des voyagistes pour que sur leurs sites, vous cliquiez sur un bouton pour trouver vos "co-voyageurs". Et ça marche. Cette start-up française, TripnCo, compte déjà plusieurs dizaines de milliers d'inscrits, après un an d'existence seulement. Un chiffre multiplié par 3 depuis le mois de juin.

Et en termes de coûts, elle s'y retrouve en prenant 10 % sur chaque réservation.

  • Les modèles de ce genre se multiplient

Pour l'hébergement, par exemple. Adelaïde a 18 ans ; elle revient tout juste de Berlin où elle a fêté son bac avec des copines logée, grâce à Airbnb, dans un appartement à quelques minutes de l'AlexanderPlatz.

- L'impact de ces nouveaux modèles sur le marché traditionnel est considérable

D'après une enquête menée par le bureau d'études Euromonitor International, 10 millions de nuitées se sont vendues sur le site de logement Airbnb ces 6 dernières années.

Et maintenant, si on additionne toutes les nuitées vendues en plus par les autres sites (Homeaway Flipkey InterHome), on arrive à un milliard de nuitées aux Etats-Unis l'an dernier.

Ceci dit, pour relativiser, on estime à 28 % la proportion des particuliers inscrits sur ce type de sites.

Mais on voit bien que pour toute la génération qui commence à voyager, les tour opérators et l'hôtellerie classique apparaissent beaucoup moins attractive.

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.