Direction Los Angeles où le tribunal fédéral va examiner, pour la dernière fois normalement, l'accord à l’amiable accepté par une filiale du groupe Warner Music sur les droits d’une certaine chanson…

Cet accord devrait enfin nous permettre de chanter "Happy Birthday" sans avoir à verser de droits à la Warner.

Une chanson qui fête cette année ses 92 ans, mais qui naviguait depuis ces deux dernières années de tribunal en tribunal…

En septembre dernier, un juge de Los Angeles a finalement tranché, et le jugement a été confirmé en décembre.

Un accord par lequel La Warner perd une très très belle vache à lait.

Car jusqu’à présent, il suffisait de chanter ou de jouer la chanson en public, dans un film dans une série télévisée ou même dans un restaurant pour que la Warner réclame des droits !

Warner Bros
Warner Bros © Phalinn Ooi

Cette chanson rapportait, depuis 1988, 2 millions de dollars par an à la Warner. Soit plus de 50 millions de dollars autrement dit 45 millions d’euros depuis une trentaine d’années.

Alors par quel tour de passe-passe la Warner s’était-elle rendue propriétaire de cette chanson? Tout simplement en rachetant le successeur de l’éditeur qui avait initialement publié la partition écrite par les sœurs Hill en 1895.

Et c'est une femme, Jennifer Nelson, qui a mis fin à cette petite musique favorable à la Warner. En 2013, elle veut réaliser un documentaire sur la chanson, la Warner lui réclame alors 1500 dollars, soit 1300 euro.

C’en est trop pour la documentariste, qui traîne la Warner devant les tribunaux. Et elle obtient gain de cause : Joyeux Anniversaire est donc tombé dans le domaine public en septembre dernier.

Ceux qui ont indûment payé des droits des royalties à la Warner ces dernières annéesseront dédommagés. Grâce à une cagnotte de 14 millions de dollars (13 millions d’euros) payé par la Warner à ceux qui ont voulu chanter Happy Birthday . Un joli cadeau d’anniversaire en somme.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.