Du nouveau du côté des moteurs de recherche: Les Français cherchent à s’imposer sur ce marché dominé en Europe à 90 % par Google.

D’abord que les choses soient claires: que celui qui n’ouvre pas sa page internet avec google me lance la première pierre. En Europe, pour beaucoup Google se confondrait même avec internet. Google qui a même terrassé ce qui aurait pu être l’alternative développée par Microsoft: BING. Mais à côté de google, un petit poucet continue de grandir: c’est Qwant. Mélange de "Quantité" et de "Want" en anglais, même si le site est à 100% français.

Qwant, le moteur de recherche Made in France
Qwant, le moteur de recherche Made in France © Qwant

Le siège est à Paris, les cinquante salariés à Nice, cinquante salariés qui comptent bien passer à cent dans six mois, et deux cent dans deux ans. Aujourd’hui, Qwant c’est 8 millions de requêtes par jour selon l'équipe.

Vous me direz ce n’est rien à côté du milliard 500 millions de requêtes opérées sur Google, mais le nombre de recherche sur Quant est tout de même en augmentation de 20% chaque mois…

Sans compter qu’en juin dernier, un grand groupe de presse allemand est entré au capital du groupe: Axel Springer propriétaire de Bildt.

Mais qu’est-ce qui pourrait pousser les internautes à utiliser QWANT plutôt que Google ?

L’avantage à choisir Qwant au lieu de Google, c’est le respect de la vie privée: avec Qwant, pas de cookies, c’est à dire pas de ces petits mouchards qui se souviennent de vos recherches passées…et surtout qui gardent tout en mémoire, où vous êtes, et tout ce que vous cherchez.

Et Qwant compte se développer dans les années qui viennent avec les enfants: QWANT junior doit être opérationnel à la rentrée prochaine…

Qwant junior c’est un moteur de recherche pour moins de 13 ans, dans lequel vous pouvez taper "porno", "lapidation" ou "call girl" sans risque d’avoir la bonne réponse, et pas par accident: un domaine là encore sur lequel Google a pris une longueur d’avance en décembre dernier avec Google Kids.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.