obsèques à florensac de la petite carla
obsèques à florensac de la petite carla © reuters

Combien coûte un mort ? C’est la question taboue par excellence, surtout quand on est en deuil. Pourtant, de plus en plus de familles n’hésitent plus à la poser. Tout en pleurant le défunt, elles comparent les devis, ce qui peut faire varier la facture du simple au double.

Saviez-vous par exemple que vous avez, à Paris, proposé par la municipalité, un service d’obsèques low cost, sur internet ?

C’est un peu comme Easy Jet : vous pouvez -ou pas- prendre toutes les options. Pour 789 euros, voici ce que vous propose Cendrine Chapel, de Révolution Obsèques :

Mais à ce prix, il faut quand même ajouter un certain nombre de prestations.

D’abord, les frais de cimetière : tout dépend de la durée de la concession 5, 10, 200 ans ou concession perpétuelle. Pour cette dernière, c’est environ 13 000 euros à Paris. La meilleure stratégie consiste donc à posséder une sépulture familiale.

Pour les frais de crématorium , ils peuvent varier de 500 à 900 euros.

Ensuite, la taxe de creusement : 180 euros pour faire creuser le trou.

Et enfin, la taxe de police qui vous accompagne lors des derniers adieux -incompressible : 25 euros.

Désormais, de nouvelles offres de services arrivent, et des services qui se professionnalisent. Car a vec 550 000 décès par an en France, le secteur économique des obsèques est conséquent.

Il y a 3 semaines, l’Université de Paris-Dauphine, en partenariat avec « Le Choix funéraire », a donc lancé la première formation de « Business manager funéraire ». Les cours portent, entre autres, sur le droit des contrats et les risques psychosociaux du métier.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.