Alors qu’Air France se prépare à de nouvelles grèves, son concurrent British Airways affûte ses armes.

Le Britannique étudie une nouvelle stratégie : aligner son offre commerciale sur celle des compagnies low cost .

Il y a quelques années, le slogan de British Airways c’était ça :

« Voler et servir ». Et servir gratuitement les petits plats dans leur emballage en aluminium. Mais il y a des chances pour que ce soit fini.

British Airways envisage de renoncer à ces repas sur les vols courts, et n’exclue pas non plus de les supprimer sur les vols longs courrier.

C’était le seul avantage qui la distinguait encore de ses rivales low cost.

Il faut dire que British Airways n’avait plus grand chose à augmenter.

L’enregistrement des bagages, c’était déjà fait : vous aviez déjà droit à une taxe supplémentaire si cette étape était réalisée à l’aéroport.

L’argument face au consommateur étant qu'après ça, promis, on n’augmentera plus les billets.

Parmi les alternatives considérées, il y aurait un partenariat avec la chaîne de supermarchés Waitrose qui passerait sur les chariots dans l’avion, Boots et Prêt à Manger seraient aussi sur la piste de décollage...

Il faut s’attendre aussi à ce qu’on vous propose de prépayer votre repas par carte bancaire sur internet lorsque vous réservez votre vol.

Un avion en vol
Un avion en vol © Josef P. Willems/Corbis

Tout cela se déroule alors que la concurrence est féroce pour British Airways .

A Gatwick, le deuxième aéroport de Londres, 42% des vols sont désormais affrétés par sa rivale EasyJet qui dès ses débuts en 95 n’a pas hésité à facturer ses dînettes vues du ciel. Déjeuner en plein vol ça vous coûte presque 6 euros aujourd’hui. C'est 2 euros de moins si vous prenez Flybe , où vous avez droit à des pots tous faits de lentilles et de couscous. Un délice !

Sans compter que le patron d’IAG, la holding qui détient British Airways et Iberia , Willy Walsh, lorgne sérieusement du côté d’un de ses adversaires : la compagnie aérienne Norwegian, sur laquelle déjeuner ou dîner lors d'un vol transatlantique peut vous en coûter 35 euros !

Alors Air France va-t-elle se mettre au diapason ? Deux semaines avant les grèves annoncées ce n’est pas encore le sujet.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.