Que se passera-t-il pour l’économie écossaise si les Ecossais votent pour leur indépendance ? Tour d’horizon secteur par secteur, et en musique.

« Don’t leave me this way… » : ne me laisse pas comme ça… c’était le tube des Communards au leader écossais Jimmy Somerville et c’est peut-être la prière que feront les Ecossais au Royaume Uni s’ils votent oui et qu’ils décident de faire leurs comptes.

Que ce soit dans le secteur de la banque, le pétrole, l’industrie et les transports, la séparation risque de leur coûter cher. Sans compter que Londres voudra sans doute leur faire payer le divorce.

Ecosse Yes
Ecosse Yes © Radio France / Anne Lhioreau

Exemple: l’énergie écossaise est subventionnée à 28% par la Grande Bretagne à hauteur de 703 millions d’euros, notamment pour pousser le développement des énergies vertes.

Quel intérêt aurait l’Angleterre à subventionner une économie étrangère? Surtout si ce qui reste de la Grande-Bretagne peut aller se fournir en électricité en France comme elle le fait déjà.

Le département de l’énergie a déjà fait son calcul: l’indépendance coûterait à chaque foyer écossais 240 euros supplémentaires.

Les Ecossais y seraient également de leur poche dans les transports, par exemple

Pour l’instant, personne ne parle de recommencer à conduire à droite (ce qu’avait fait certaines colonies après leur indépendance). Mais dans le cas des billets de train, pour l’instant, c’est une franchise louée aux Britanniques.

L’Ecosse devrait sans doute, à terme, mettre au point son propre réseau ferré. Les billets augmenteraient inévitablement.

Même chose pour les routes : les Britanniques ont déjà prévenu qu’une taxe serait imposée aux transporteurs.

Si les Ecossais choisissent l’euro plutôt que la livre

Il faudrait prévoir des conséquences en cascade pour le consommateur. Les prix dans les supermarchés augmenteront, a déjà prévenu le patron du plus grand distributeur, pour répercuter les coûts administratifs d’un changement de devise.

Même chose dans le secteur pétrolier et dans le secteur bancaire, de nombreuses voix s’élèvent pour prévenir: déménagement des sièges bancaires vers la capitale anglaise, impact sur le prix de l’extraction de pétrole. Les factures seront lourdes. Les Ecossais pourraient bien se retrouver à payer assez cher le coût de leur indépendance.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.