Question ce matin sur la parité dans l’industrie du 7e art. Le résultat n’est pas brillant : en 2014 la situation s’est même dégradée par rapport à 2013.

Marilyn Monroe, 1962
Marilyn Monroe, 1962 © BERT STERN, courtesy Galerie de l’Instant, Paris

Pour bien planter le décor, on va prendre un film au hasard, tenez La Nuit au Musée - Le Secret des Pharaons , sorti il y a 15 jours en France, et aux États-Unis la semaine avant Noël. Quinze millions d’euros de recettes en une semaine.

Ben Stiller en héros est le gardien du Muséum d’Histoire naturelle de New York. Il n’a pas inventé la poudre, mais bon, c’est lui le héros. Et le personnage féminin, c’est l’homologue de Ben Stiller au Muséum d’Histoire naturelle, mais à Londres. Elle est obèse, complètement stupide et tellement abrutie qu’elle tombe amoureuse d’un homme de Cro-Magnon.

Certes, c’est une comédie, sauf que c’est un révélateur des rôles.

En 2014, sur les 100 premiers films du box-office américain, 12% avaient des femmes pour héroïnes.

Ce n’est déjà pas bien lourd, vous en conviendrez, et c’est un recul de trois points par rapport à 2013. L’étude citée par le magazineThe Times a porté sur 23 000 rôles.

Voilà pour les premiers rôles détenus, donc, à majorité par des hommes blancs.

Pour les directions d’acteurs, c’est le même constat. On trouve sensiblement le même pourcentage :13% de femmes réalisatrices.

En réaction, les femmes américaines se mobilisent. Car pour l’universitaire américaine Martha Lauzen, du Centre d’études sur les femmes à la télévision à l’université de de San Diego, les femmes souffrent d’un « arrested development », d’un développement arrêté.

Dans leur image même, à l’écran, elles sont systématiquement plus jeunes que leur partenaire homme, comme si la vie n’existait pas au-delà de 35 ans.

Du coup, elles tentent d’élargir leur combat aux minorités visibles en rappelant ces statistiques frappantes, elles aussi : en 2014, 11% des héroïnes de cinéma était noires, 4% latinos ou asiatiques.

"Il y a urgence, disent-elles,parce qu’il y a déjà moins de femmes dans le cinéma américain que dans les conseils d’administration des grands groupes ". C’est dire.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.