Un rapport a été remis hier soir par la médiatrice du livre, Laurence Engel, à la Ministre de la Culture et de la Communication. Fleur Pellerin déclare la guerre au Netflix du livre : l’offre « Amazon Kindle unlimited » est illégale, dit-elle. Sauf qu’à côté d’Amazon, il existe des dizaines d’autres acteurs sur ce même créneau, dont des start-up françaises qui craignent pour leur activité.

bibliothèque
bibliothèque © Bernard Blanc / Bernard Blanc

Imaginez une offre illimitée à votre bibliothèque idéale, accessible (et pas encombrant) pour 9,90 euros par mois -le premier mois est offert.

C’est ce que propose YouScribe.com, bibliothèque digitale ouverte : 14 salariés, 4,5 millions utilisateurs par mois en pleine envolée ; chiffre d’affaire multiplié par 5 entre 2013 et 2014.

Malgré ces bons résultats, YouScribe s’inquiète pour son avenir. Son patron redoute que la Ministre Fleur Pellerin ne prenne le parti des éditeurs traditionnels dans cette affaire.

Aujourd’hui, les players ont accès aux livres et reversent 60% de leur chiffre d’affaire aux éditeurs, qui reversent ensuite aux auteurs. Mais d’une bibliothèque digitale à une autre, le prix de l’abonnement varie, évidemment. Ce qui se profile à la suite de ce rapport, c’est que les éditeurs reprennent la main sur le numérique.

Plusieurs pistes sont explorées, comme ce qui se passe pour les éditions papier : quand vous retournez le livre, vous avez toujours un prix unique, c’est toujours le même où que vous l’achetiez.

Les éditeurs envisagent le même système en numérique: un système mono-édition. Vous auriez alors accès en illimité au catalogue Flammarion pour 7,5 euros (j’imagine des prix totalement fictifs) au catalogue Gallimard pour 8,2 euros, etc.

Dans ce cas, les players se verraient sérieusement restreints dans leur activité.

Sauf qu’aujourd’hui, ces players sont eux aussi à leur manière en train devenir éditeurs. Monbestseller.com, Short Editions, Hot key, Wattpad… de plus en plus de livres apparaissent d’abord en numérique, connaissent le succès et sont approchés ENSUITE par les éditeurs traditionnels.

Prenez par exemple Abigail Gibbs, jeune auteure de 18 ans. Elle a connu un carton sur le net avec The dark heroine , cette histoire improbable de végétarienne qui tombe amoureuse d’un vampire. Après 17 millions de vues sur Wattpad, HarperCollins l’a approché et vient de lui offrir un contrat de plusieurs centaines de milliers d’euros.

C’est comme ça qu’avait commencé l’auteur de 50 Nuances de Grey, Erika Leonard James.

Donc un peu comme les voitures avec chauffeurs contre les taxis, les players cherchent à contrer les éditeurs sur un nouveau terrain, celui du numérique. L’Etat serait bien inspiré d’accompagner cette évolution plutôt que de la freiner.

L'équipe

Suivre l'émission

(ré)écouter L'éco du matin Voir les autres diffusions de l'émission

Le Comté contre les robots

Pas d'émission