Les start-up ont désormais leur télé réalité, lancée par le Journal du Net. C haque mardi, jusqu’au 14 mars prochain, le site met en ligne une nouvelle audition. Cela s’appelle « Pitch the Angels ».

Et ça se déroule comme The Voice, à la différence des studios, qui sont bien plus modestes, et du public…encore absent.

Sinon, le concept est identique:12 start-up qui doivent convaincre un jury de trois personnes que leur idée vaut le coup d’être financée.

start up
start up © /

En jeu : 6 millions d’euros virtuels à gagner.

Le principe : 2 minutes d’exposé et 8 longues minutes à être mis sur le grill

L'objectif : être le plus convaincant possible, face au juge "gentil", Anne Laure Constanza , fondatrice du site de commerce de vêtements de grossesse Envie de fraises , le juge "méchant", Patrick Robin , directeur d’Avolta Partners , une banque d’affaires pour start up, et enfin Jean-David Chamboredon , l’homme qui avait emmené dans son sillage les pigeons et désormais Président du fond d’investissement ISAI, et de France Digital.

C’est lui qui pose la première question :

Cette fois-ci, le jury a face à lui un tout jeune homme qui essaie d’incarner Food me up . Sa bonne idée à lui c’est de vendre sur son site des recettes de cuisine pour professionnels de la restauration. Ce qu’il essaie de faire c’est à la fois gérer les commandes mais aussi leurs fournisseurs bref l’ensemble de leurs besoin d’amont en aval. Et il ne s’en est pas mal tiré. Les trois juges lui accordent 300.000 euros virtuels, une somme qui le fait grimper en deuxième position chez les 12 candidats.

"Pitch the Angels" regroupe des candidats souvent très jeunes, aux parcours variés qui vous vendent timidement des produits originaux, ingénieux souvent inattendus : Phonotonic , par exemple est un objet connecté qui compose de la musique quand vous bougez, promesse de belles symphonies ou encoreEctor , un système de parking avec voituriers dans les aéroports, les gares ou les centre-ville.

Mais il ne vous a pas échappé que les euros étaient virtuels. Chaque membre du jury distribue une partie de sa cagnotte de 2 millions mais pas en espèces sonnantes et trébuchantes. En réalité la start-up gagnera des cadeaux, assure-t-on au Journal du Net , offerts pas des partenariats anonymes.En fait il pourrait s’agir de publicité gratuite sur le site.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.