De nouvelles relations entre la pub et les musiciens, car les artistes ne regardent plus l’industrie commerciale de haut, bien au contraire.

Avant, une bonne pub c’était ça :

3'17

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 1/6 OK

Des soutiens gorges, des déhanchés et sur un extrait de film de Lalo Schifrin…c’est devenu LE refrain emblématique de DIM.

Ou encore ça :

0'46

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 2/6

Un super classique d’easy listening: vous avez reconnu Chostakovitch c’était pour CNP Assurances.

Ou enfin ça:

0'30

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 3/6

Un Gold de chez Gold : Nina Simone, « I put a spell on you » la pub pour Perrier. Dans tous les cas, l’artiste et la musique préexistaient face au produit.

Sauf que ces dernières années, l’ordre des choses s’est inversé. C’est désormais la pub qui rend l’artiste célèbre :

0'30

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 4/6

Voici un groupe que vous n’avez sans doute jamais vu en concert, dont les musiciens n’ont pas la photo accrochée dans les chambres d’ado : « Make the Girl Dance » est un duo électro qui a fabriqué spécialement ce rythme pour Nokia.

La création leur a rapporté 170 000 euros. Et leur a permis de projeter, eux groupe inconnu, leur album en tête de gondole sur Amazon.

Autre exemple ou la pub fait l’artiste :

0'44

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 5/6

Une course amoureuse pour le parfum Yves-Saint-Laurent, électro pop, écrite par Thomas Azier. Cette fois la musique a été conçue par une agence, BEPTC, rémunérée (selon les chiffres fournis par Les Echos ) entre 200.0000 et 250.000 euros.

Alors est-ce qu’Azier, qui s’est déjà produit sur scène, qui a même fait la première partie de Stromae ou Woodkid, s’en est caché de cette collaboration avec un commerce? Pas du tout. Si on connait le profil du Néerlandais, on peut même détecter sa présence furtive. Donc les artistes assument maintenant de se mettre au service des marques, qui leur rendent en notoriété.

Comment les artistes monnayent-ils leurs services?

Le budget son moyen pour un spot de publicité est de 15.000 euros. Et on voit bien l’avantage pour les marques : quand les plafonds de budgets pub explosent, c’est toujours quand elles utilisent des tubes de groupes qui ont plus que pignon sur rue. Budget record connu à ce jour: Air France (qui demande à ses pilotes de faire des économies), pour les Chemical Brothers :

0'44

Le cinq sept 2013 - ECO DU MATIN 6/6

Son coût : 400.000 euros.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.